Rendez-vous boulet # novembre 2017

Ce mois-ci je n’ai pas seulement tricoté, crocheté, cousu, bricolé, j’ai également revu mes conjugaisons à fond, car j’ai conjugué en long en large et en travers le verbe bouleter. Pas la peine de chercher hein, je l’ai inventé ce verbe car j’en avais besoin, nécessité fait loi. Si je devais le définir je dirais :

bouleter (v.t.) : action de sortir son boulet et de tenter de le terminer.

Je l’ai donc inventé puis j’ai décidé -tout à fait arbitrairement- qu’il allait se conjuguer comme les verbes modeler ou crocheter qui contrairement aux verbes jeter ou appeler ne doublent par leur consonne (je jette, nous jetons) mais prennent un accent grave (je crochète, nous crochetons) …. ça suit derrrière ? Je vois des regards effarés, aurait-on malencontreusement oublié ces petites finesses ? Pas de souci ça va revenir !

Alors, au début du mois, joyeuse d’avoir bien avancé mon boulet pendant les derniers mois, je me suis gargarisée des temps du passé. Le passé composé : le mois dernier j’ai bien bouleté ; l’imparfait : chaque fois que je le pouvais je bouletais ; le plus-que-parfait : en quelques jours j’avais bouleté 23 cm ; le passé simple : tout l’été, jour après jour je bouletai ; le futur antérieur, (qui se souvient encore de lui) : décidément j’aurai bouleté avec acharnement !

Pleine de courage en début de mois j’ai revu le présent de l’indicatif : je boulète, je boulète, ça avançait plutôt pas mal. Puis d’autres projets se sont intercalés et il a fallu changer de temps. Insidieusement le futur simple et le conditionnel présent se sont invités, semant la confusion avec leurs airs de faux-jumeaux je boulèterai ou je boulèterais ? Quand j’aurai le temps je boulèterai ou si j’avais le temps je boulèterais ? Voilà une conjugaison qui entretient le doute et favorise l’atermoiement, le boulet commençait à s’enterrer.

Alors aux grands maux les grands remèdes, j’ai dégainé l’impératif présent (au risque de faire grincer des dents je l’affirme ici haut et fort, l’impératif passé ne sert à rien, à quoi bon me dire « aie bouleté » ?) : Boulète donc ! m’intimais-je à moi-même.

Parfois cela fonctionnait et je reprenais au présent de l’indicatif : je boulète, je boulète, je boulète …

Et parfois cela ne fonctionnait pas du tout ! Alors, dans mes nuits sans sommeil, rongée par la culpabilité et les remords, je conjuguais en vrac le conditionnel passé : j’aurais bouleté (si seulement j’avais été raisonnable) ; et les cruels temps du subjonctif : il faut que je boulète ! que n’aie-je bouleté ? il eût vraiment fallu que je bouletasse, bref, il était impardonnable que je n’eusse bouleté !

Le mois a passé de la sorte, bouletant (participe présent) certains jours, ne bouletant pas d’autres …

J’ai ainsi fini mon premier devant, épinglé temporairement au dos pour les besoins de la photo. Je trouve ça très encourageant.

Qu’en pensez-vous ? Ai-je assez bien bouleté ?

 

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

16 commentaires sur “Rendez-vous boulet # novembre 2017

  1. Oh j’étais impatiente de retrouver ce rendez-vous et je n’osais te le demander … comme toujours je suis ravie et le ton de ce billet me plaît beaucoup … visiblement il n’a pas fini de faire couler de l’encre ce modèle … et comme le français est une langue vivant qui s’enrichit chaque année de nouveaux mots il pourrait bien faire référence et être à l’origine d’un nouveau verbe … il suffit pour cela que toutes les participantes du rendez-vous boulet se mettent à l’utiliser pour qu’il passe dans le langage courant. En tout cas tu as établi les règles et les bases de sa conjugaison.
    Bon courage pour la réalisation de ce modèle qui mérite amplement le titre de boulet en chef.
    Amitié,
    Thali

    J'aime

    • Je suis ravie de satisfaire ton impatience et je te remercie, car elle participe à entretenir ma motivation.
      Je ne sais pas si le verbe bouleter va voir son usage généralisé et pérennisé mais je sais que je vais continuer à le conjuguer à tous les temps pendant encore un moment … En tout cas je suis pleine de courage pour l’instant car j’ai l’impression que le résultat sera à la hauteur de mes espérances … à voir !
      A bientôt

      J'aime

    • Merci Emmanuelle ! Souvent je prends autant de plaisir à manier le stylo que les aiguilles, ça reste de la création n’est-ce pas ? et il y a bien des similitudes dans les processus.
      Je ne doute pas que mon boulet ait encore une longue (et belle j’espère) vie devant lui et je m’en réjouis car il en va des boulets comme des bons livres, on est partagé entre l’envie de les finir et la crainte de les voir s’achever 😉
      A bientôt !

      J'aime

  2. Mais quel article !!!! Non mais c’est une vraie petite splendeur ce texte !!! Je ne sais pas … si ne pas avancer assez sur ton boulet donne ce genre de chose … ne te presse pas trop de le finir !!!! C’est génial à lire !!!! Bravo !!! Et bravo aussi pour ton avancée sur ton boulet !!!! 😉 !!!

    J'aime

    • Merci Mathilde ! Je suis bien contente que tu apprécies mes petits délires personnels 😀
      Pour la suite, on verra si je me presse ou non, mais tu sais en matière de boulet, on a beau faire la maline et (se) faire croire qu’on a la main, c’est bel et bien le boulet qui décide !

      Aimé par 1 personne

  3. Je ne dirai qu’une chose: heureusement que tu as un projet boulet pour nous ravir par un texte si bien écrit et si drôle !!!
    Je citerai juste Nicolas Boileau-Despréaux :
    « Ce que l’on conçoit bien s’énnonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. »
    Il n’ y a pas à dire, tu es la reine du Boulet ! Mais le Boulet grand et majestueux …
    Un Boulet que l’on ne termine pas comme une vulgaire tache subalterne …
    A vaincre sans périls, on triomphe sans gloire.
    Je fais le voeu que ce projet dure encore pour le plaisir de lire des articles aussi bien écrits !

    J'aime

    • Sois assurée que ton voeu sera exaucé : j’en ai encore pour un moment !
      Je suis contente que tu aies eu du plaisir à lire mon article, j’en ai eu également à lire ton commentaire 😉 Merci ! ❤

      Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup !
      La verticalité que je recherchais pour cette laine a l’air de bien rendre, ce dont je n’était pas certaine au départ, alors je suis contente !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s