Rendez-vous boulet # octobre 2017

Previously in Rendez-vous boulet …

 « Il mesure environ 35 cm à l’heure actuelle c’est-à-dire qu’il n’est qu’un 3/4 de dos, pas fameux ! »

 

J’ai continué sur ma lancée et arrivée à 38cm soit au moment de faire mon 2ème « pli », j’ai constaté que je m’étais trompée dans ma prise de mesure (je mesurais depuis le décrochage de l’emmanchure au lieu de mesurer depuis le bord, la tanche !!!).

Vous me connaissez bien maintenant, je me suis d’abord dit que ça allait sans doute le faire, ça ferait une petite disymétrie, pas bien grave et j’ai continué. Que voulez-vous je suis comme ça, j’ai besoin d’un temps de latence. J’ai tricoté mon pli, j’ai mesuré, remesuré, plié mon ouvrage en 2, tiré dessus pour aligner ce qui aurait dû l’être et j’ai détricoté évidemment ! Pour retomber à 21cm 😀

Boulet un jour, boulet toujours, et je ne parle pas que du gilet !

Pas découragée, je continue à avancer mon boulet et je suis actuellement à quelques rangs de la fin de mon dos … Je vous montre et j’y retourne !

P1040718gimp

Boulet endormi

 

P1040719gimp

Boulet réveillé qui s’étire

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et on se retrouve le lundi 13 novembre

pour un nouveau Rendez-vous des boulets 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Le sac à pain 2.0 et son tuto

Chose promise, chose dûe, après mon test de sac à pain, je vous présente aujourd’hui la version 2 : un sac réalisé dans des tissus plus adaptés. Un peu plus épais ces tissus donnent un sac qui se tient mieux et côté couleur/motifs on est franchement dans l’esprit cuisine de campagne ; mais surtout un sac entièrement réversible et ça, en plus d’être joli,  c’est drôlement pratique. Genre  si tu éclabousses de la sauce tomate partout quand tu fais le service, ben t’es pas obligée de laver ton sac, tu peux le retourner … malin 😀

 

P1040670gimp

Je reprends  le schéma que j’ai tracé pour mon test puisque les mesures me conviennent. Elles sont évidemment à adapter en fonction de la taille souhaitée. Avec une largeur de 35 cm de tissu on obtiendra au final un sac avec un fond plat d’environ 22×11 cm.

patron sac à pain

Étape 1 : couper les 2 tissus en double selon le patron ci-dessus.

P1040672gimp

 

Étape 2 : Tracer un bel arrondi en haut de la pointe et couper selon le tracé.

 

Étape 3 : (à réaliser 1x pour le tissu à carreaux et 1x pour le tissu à points) assembler les côtés et le fond du sac endroit contre endroit. Laisser une ouverture (5 à 8 cm) sur l’un des deux sacs pour pouvoir ultérieurement retourner le tout. Pour une discrétion maximum, j’ai choisi de laisser cette ouverture sur un côté du sac à carreaux.

 

Étape 4 : (à réaliser 1x pour le tissu à carreaux et 1X pour le tissu à points) former le fond du sac. Comme pour un tote-bag, on fait coïncider la couture du côté et du fond à partir de l’angle inférieur droit, on épingle et on trace une ligne de couture à 5cm de la pointe ainsi formée. Procéder de la même façon à gauche.

Coudre sur la ligne de couture précédemment tracée, couper l’excédent (pas fait sur la photo ci-dessous)

P1040677gimp

A ce stade, vous obtenez deux sacs distincts et semblables en tous points à ceci près que l’un des deux comporte une ouverture sur un côté.

P1040678gimp

 

Étape 5 : emboîter les 2 sacs l’un dans l’autre, endroit contre endroit, (c’est-à-dire qu’on rentre un sac à l’envers dans un sac à l’endroit) en faisant soigneusement coïncider la pointe du haut.

 

Étape 6 : épingler et piquer ensemble le haut des 2 sacs en une fois en faisant tout le tour de l’ouverture.

J’en profite pour partager une trouvaille faite sur Rascol (j’ai pas d’actions dans la maison hein !) : ces petites pinces sont des range-canettes, plus de canettes qui se déroulent et s’emmêlent dans la boîte à couture, un vrai bonheur.

A la fin de cette étape, si on déplie l’ouvrage, on obtient ce « truc » à la forme improbable :

P1040683gimp

 

Étape 7 : retourner l’intégralité du double-sac par l’ouverture laissée dans l’un des sacs. C’est à ce moment que tu te souviens que tu as trouvé malin de laisser une petite ouverture, ce sera plus discret et ce sera moins long à fermer à petits points à la main, mais tu transpires parce que tu te demandes si ça va passer tout ce tissu dans cette si petite ouverture 😀

P1040684gimp

Voilà le sac une fois retourné.

P1040685gimp

Étape 8 : fermer l’ouverture à petits points (c’est là que tu te dis que finalement tu es contente qu’elle soit petite !)

P1040686gimp

Étape 9 : mettre en place le sac, on peut fixer le fond par un ou 2 petits points pour éviter qu’il ne se déplie, choisir le côté qu’on préfère

Étape facultative : on peut surpiquer les bords supérieurs, ce serait sûrement très joli mais moi j’ai eu la fleeeeeemme !

Je suis contente de cette version plus élaborée. Le sac est parfait pour conserver le pain mais aussi pour le présenter à table puisqu’il reste bien ouvert, il reste facile à ouvrir et à fermer malgré la double épaisseur de tissu, niveau forme et  dimensions c’est parfait pour la grosse boule de mon boulanger 😀

 

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le sac à pain et son tuto (DDF2017#9)

 

Besoin d’un sac pour ranger la boule de pain. J’avais une idée précise de la forme du sac (mot interdit chez moi sous peine de t’entendre répondre « c’est toi le sac ! » Ah ah, très drôle ce petit jeu et très stimulant intellectuellement quand tu veux demander à quelqu’un de te passer le pot de confitures ou la cruche à eau sans te faire traiter de pot ou de cruche … mais bref, je m’égare !).

Je demande donc à mon moteur de recherche préféré de m’aider à trouver le modèle idoine parce que bon, c’est pas la peine de réinventer le fil à couper le beurre le sac à pain hein, et si quelqu’un a déjà fait un tuto de sac à boule autant valoriser son travail !

Ben c’est dingue ça ! Personne n’a fait le tuto du sac à pain de mes rêves, peut-être bien même que personne n’a fait le sac à pain de mes rêves !

Qu’à cela ne tienne, mon sac à pain à nouer je l’ai imaginé, conçu et réalisé toute seule comme une grande et du coup je vous ai fait un petit pas à pas en images dès fois que vous ayiez aussi envie d’en coudre un, sait-on jamais !

J’ai choisi de faire mes essais dans le tissu de mes couvercles réutilisables, au moins mes accessoires de cuisine seront assortis …

p1040448gimp

 

Voilà le schéma que j’ai tracé. Les mesures sont évidemment à adapter en fonction de la taille souhaitée. Avec une largeur de 35 cm de tissu on obtiendra au final un sac avec un fond plat d’environ 22×11 cm.

patron sac à pain

Étape 1 : couper le tissu en double selon le patron ci-dessus

P1040659gimp

 

Étape 2 : arrondir la pointe et surjeter les côtés des parties triangulaires.

Étape 3 : assembler les côtés et le fond du sac.

Étape 4 : former le fond du sac. Comme pour un tote-bag, on fait coincider la couture du côté et du fond à partir de l’angle inférieur droit, on épingle et on trace une ligne de couture à 5cm de la pointe ainsi formée. Procéder de la même façon à gauche.

 

Étape 5 : coudre sur la ligne de couture précédemment tracée, couper l’excédent.

P1040666gimp

Étape 6 : retourner le sac, y ranger la boule et faire un noeud. Et voilà, c’est fini !

 

Étape facultative : on peut ganser les bords du triangle, broder le mot « pain » ou « ma grosse boule », insérer des passepoils, que sais-je encore, et même -si on est très courageuse- repasser son sac 😀

Ceci est une version beta, un test vite fait. Le sac est fonctionnel, facile à ouvrir et à fermer, la forme et les dimensions sont conformes à ce que je souhaitais. Les finitions sont basiques par choix mais le concept est customisable à l’infini. En revanche,  le tissu est un peu léger -limite mou- et cela nuit à la tenue de mon sac à pain.  Je vais améliorer ça.

Prochainement sur le blog : le sac à pain.2 (teasing de ouf …)

Ceci est ma participation aux Défis du fil de septembre 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

Le thème ? Dans le sac ! 😀

badge_les_dc3a9fis_du_fil

A très bientôt !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le retour du boléro

C’est l’histoire d’une invitation à un mariage. Un mariage de septembre ; il peut faire chaud … ou pas, il peut pleuvoir aussi, allez savoir, c’est compliqué.

On ne veut pas faire trop de frais, surtout dans des vêtements ou accessoires qu’on n’aura pas l’occasion de reporter facilement, alors on commence par faire le tour de la garde-robe, puis des boutiques pour composer une chouette tenue. On est jeune et jolie (là le lecteur comprend qu’il ne s’agit pas de moi :-D), ce n’est pas mission impossible.

Rapidement on a : la robe , les chaussures, le sac, les bijoux. Manque seulement de quoi couvrir les épaules et réchauffer la tenue. Je propose le boléro bleu :

Il tombe merveilleusement sur la robe, la longueur est parfaite et le point ajouré suffisamment raffiné pour l’occasion. Oui mais, il y a un mais. C’est la couleur qui n’est pas raccord ! 4 couleurs dans une tenue ça fait beaucoup …

On commence par chercher de nouvelles chaussures plus assorties avec le boléro et comme on ne trouve pas et que le temps passe, l’idée germe dans mon cerveau : il faudrait le même gilet mais dans la bonne couleur. On essaie de refuser, on ne veut pas donner tant de travail à sa mamounette mais mamounette est décidée, inutile d’hésiter plus longtemps, elle va trouver la laine (en stock, super !) et s’y mettre.

J’ai repris mes notes du gilet bleu (et refait les manches 2 fois car je n’avais pas écrit les augmentations, j’ai donc foncé tête baissée et … merdum ! Et quand je dis merdum c’est très édulcoré par rapport à la bande son originale !!!). J’ai raccourci les manches d’un motif pour avoir des vraies manches 3/4  et pour ne pas manquer de laine.

Quelques photos sans chichis prises à la volée au fur et à mesure de l’avancement, la dead line était assez serrée et j’étais concentrée sur l’essentiel mais ça donne quand même un petit aperçu de la naissance de ce nouveau boléro. Désolée pour la couleur, ce joli bordeaux délicatement nuancé mériterait une meilleure photographe 😦

IMG_20170813_211217616gimp

13 août

IMG_20170814_210816797gimp

14 août

IMG_20170815_104750414(1)gimp

15 août

IMG_20170818_152352453gimp

18 août

Bizarrement je n’ai aucune photo de l’épisode tricotage-détricotage-retricotage des manches, faut croire que j’avais d’autres préoccupations 😀

IMG_20170902_174415162_HDRgimp

31 août. L’assemblage est parfois synonyme de contrariétés …

IMG_20170902_221703025gimp

C’est tout ce qui reste, c’était juste !

3 septembre. Lavé, bloqué, séché…

 

… et porté. Trop mimi non ?

Luciegimp

Boléro bordeaux, laine biologique teinte
à la main (L’écheveau Vert), patron maison, septembre 2017

Rendez-vous boulet # septembre 2017

La bonne nouvelle est tombée hier : la saison 2017-2018 des Rendez-vous des boulets aura bien lieu. Emmanuelle avait laissé planer un doute et toutes les mamans des boulets redoutaient de se retrouver livrées à elles-mêmes, quelle angoisse ! Merci Emmanuelle de bien vouloir continuer à nous guider dans cette longue et périlleuse aventure ❤

Doute ou pas, je n’ai pas (complètement) délaissé mon boulet cet été, il est toujours en tête de ma liste, le vrai, le seul, l’inimitable boulet, celui qui a vécu les affres du détricotage … ce qui était bien mérité et inévitable, souvenez-vous :

 

et qui est supposé devenir un gilet dans ce style-là mais en version rayée plutôt que tricolore. Qui sait si cela sera aussi esthétique ? Surprise !

L’été de mon boulet fut une alternance d’éclaircies et de passages nuageux de longues siestes au fond du sac à ouvrages et d’avancées fulgurantes. Bon n’exagérons rien non plus, fulgurante n’est sans doute pas le mot ! Il mesure environ 35 cm à l’heure actuelle c’est-à-dire qu’il n’est qu’un 3/4 de dos, pas fameux !

Pas facile, en l’état actuel des choses, d’avoir une idée du rendu et pas facile de vous montrer du coup. Mais pour essayer d’avoir un visuel j’ai épinglé mon boulet sur Gertrude (Aïe ! La pauvre a fait la grimace !), et voilà ce que ça donne.

Vue du haut du dos. Note à moi-même : penser à tricoter un headband assorti, ça pourrait être sympa, enfin sur Gertrude ça l’est.

 

Vue globale du dos. Forcément les bords roulent et ça godille côté aiguille …

 

Focus sur le pli, oui chez Drops ils appellent ça un pli, à base de rangs raccourcis qui donne cette forme évasée au gilet.

Voilà, voilà. On va essayer de continuer comme ça en croisant les doigts pour que ce soit une réussite. Si ça rate encore, je lâche l’affaire, je ne retenterai pas une troisième fois !

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et vivement le lundi 9 octobre

pour un nouveau Rendez-vous des boulets 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le retour (DDF2017#été et DéfiJePeuxPasJ’aiCouture#9)

C’est la rentrée !

On ouvre les fenêtres, on dépoussière un peu, on arrose les plantes (le jardin, pas besoin, arfff !), et on reprend le chemin du blog délaissé, reposée et pleine d’énergie …

Les vacances en roue libre côté tricot et couture, c’était à l’instinct, à l’envie, sans dead line et c’était sympa. Cela a donné lieu à une production variée et de saison dont je vous présente aujourd’hui la première pièce : une robe d’été. Une nouvelle édition de ma robe de l’été passée réalisée à partir des morceaux d’une robe trop aimée, trop portée, super usée … vous vous souvenez ? Je l’aime d’amour pour sa forme sans souci , sa belle longueur, ses détails originaux et j’ai décidé de la rééditer mais en y apportant quelques sérieuses variations quand même.

Je suis sortie de ma zone de confort tout d’abord avec ce tissu, fluide et léger d’une belle couleur bordeaux rehaussée d’arabesques fleuris, signé Silk House Mariano Lorenzo.

P1040655gimp.

J’ai modifié l’encolure que j’ai voulue symétrique, je l’ai bordé de larges parementures surjetées qui restent bien à leur place et ça c’est top !

 

P1040649gimp

J’ai changé l’unique poche de côté (que celle qui irait imaginer que je me suis trompée en coupant mon tissu et que du coup j’avais le choix entre changer ma poche de côté ou avoir un pan de robe sur l’envers du tissu se rassure, c’est pas du tout mon genre ! Après 30 et quelques années de couture, on ne tombe plus dans ces pièges de débutante !!!).

P1040648gimp

J’ai ajouté une ceinture, et enfin j’ai modifié le bas de ma robe pour obtenir un effet plongeant par l’ajout d’un godet sur la couture milieu devant et un ourlet en pointe sur un côté. Je voulais garder de l’originalité et je suis contente du résultat.

P1040647gimp

C’est une robe qui est aussi à l’aise à la ville qu’à la plage, la preuve !

IMG_1408gimp

Avec ma robe et son air de  vacances, je participe aux Défis du fil de l’été 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

Et je participe aussi au Défi Je Peux Pas J’ai Couture de septembre (j’ai raté juillet et août, je me méfie et je prends de l’avance, maline ) proposé par ClRsapi du blog entre veille et sérendipité : 1 mois, 1 vêtement. Tous les détails sur son blog (ici)

 

Bonne semaine 🙂

 

 

 

 

 

 

 

Top top #DéfiJePeuxPasJaiCouture

En ce joli et chaud mois de juin il m’a pris l’envie de faire du hors-piste hors-liste. Forcément il n’y avait point d’en-cours couture dans ma liste et je me devais de coudre ce mois-ci car j’essaie de me tenir au moins un mois sur 2 au désormais célèbre rendez-vous :dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

C’est ClRsapi du blog du blog entre veille et sérendipité, qui nous a proposé pour l’année 2017, ce chouette défi couture : 1 mois, 1 vêtement. J’ai répondu présente mais à mon rythme à moi 😉 Vous trouverez tous les détails sur son blog (ici)

Avec les beaux jours, on a envie de petits hauts simples mais pratiques à assortir sans souci et j’avais acheté en prévision ce coupon de cotonnade légère et étoilée.

 

J’ai ressorti cet ouvrage de couture dans lequel j’avais déjà pas mal pioché (une robe à bretelles, une autre robe à bretelles, une robe trapèze, un pyjama pour homme ) et j’ai jeté mon dévolu sur la « robe tunique simple mais efficace ».

En effet le modèle est tout simple, un devant, un dos (les manches étant dans le prolongement) et très vite assemblé, tout à fait ce dont j’avais envie.

Je l’ai coupée en version courte, et sa forme légèrement évasée est parfaite. J’ai creusé l’encolure (je n’aime pas que mes vêtements m’étranglent :-D)

et je l’ai finie avec un biais contrastant mais néanmoins assorti. J’ai fait la même chose au bas des manches, c’est joli si je fais des revers.

Pour le bas un ourlet tout simple et hop !

Une déception tout de même au niveau des manches qui manquent légèrement d’ampleur, il s’en est fallu de peu que mes bras ne rentrent pas dedans (trop de muscu …). J’avais bien vérifié les mesures avant de me lancer … sauf les manches ! J’y penserai la prochaine fois.

Voilà, voilà, je retourne à ma liste car le mois de juin tire à sa fin, faut que je me dépêche !

Bonne semaine 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # juin 2017

Oh oh ! On dirait qu’il y a du retard à l’allumage par ici ! Chut, personne n’a rien vu …

Toujours en tête de ma liste, mon boulet, le vrai, le seul, l’inimitable, celui qui a vécu les affres du détricotage … ce qui était bien mérité et inévitable, souvenez-vous :

 

J’ai décidé de ne pas lâcher l’affaire et de recommencer un gilet, tricoté en travers toujours pour cette histoire de rayures que je veux verticales et je suis retombée sur ce modèle dans mes favoris sur Ravelry. Allez hop ! C’est parti !

Je vais sûrement modifier l’encolure pour avoir quelque chose de potentiellement plus couvrant et pour le reste je vais suivre récrire le modèle,  (en refaisant bien sûr tous les calculs pour adapter le modèle à ma laine super fine qui se tricote en 2,5 ).

Pas de pression, ce sera mon fil rouge de l’été et tant mieux si j’ai un nouveau gilet en septembre (oui Emmanuelle nous donne des congés d’été !). Pour l’instant il n’est pas bien grand et il n’avait pas très envie de poser pour la photo alors je l’ai laissé faire son timide.

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

A bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le sixième

Dans ma grande bonté, je me suis accordé jusqu’au 30 juin pour en finir avec ma liste, ensuite je me donnerai quartier libre et carte blanche pour les vacances (comprendre on peut commencer tout un tas de trucs, à l’inspiration, changer d’avis et ne rien finir … les vacances quoi !).

 

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter. DÉTRICOTÉ !

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter. FINI !

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés. Parti au blocage ! FINI, photographié et tout !

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ? Je crois que son sort est scellé vu que j’ai déjà récupéré son aiguille … Détricoté et transformé en Genver (encore un !) Reste à le photographier. FINI !

-une veste enfant au crochet, plus que une manche et les finitions. FINI !

-une jupe ratée

un nouveau gilet kimono dont je viens de finir l’échantillon (et après je me demande pourquoi ma liste est toujours aussi longue !) Fini aussi, encore une séance photo à prévoir.

Je vous présente donc aujourd’hui mon 3ème Genver (clic ici pour le modèle). Ce sera le dernier, il faut que je me renouvelle mais il est tellement sympa et facile à tricoter que je n’ai pas pu résister cette fois encore.

Je disposais d’un écheveau (100g-266m) d’un charmant coloris vieux rose nommé Mélancolie ce qui lui va plutôt bien. C’est une laine qui se tricote en 5 mais je l’ai déjaugée en 7 pour magnifier l’effet ajouré.

Je l’ai utilisé tout entier cet écheveau et j’ai eu la chance de ne pas vivre le drame que nous avons toutes connu un jour : la panne de laine à 5cm de la fin du dernier rang (tu sais celui de 444m qu’il faut donc détricoter ainsi que le précédent en croisant les doigts pour ne pas perdre des mailles en route …), ouf !!! J’ai néanmoins  rabattu mes mailles la peur au ventre mais c’est passé, même qu’à la fin il me restait au moins 10 bons centimètres de laine 😀

Après avoir essuyé la goutte de sueur froide qui coulait sur ma tempe, j’ai procédé à un blocage léger et voilà la bête : 100gr, 170cm d’envergure pour 60cm de hauteur. La taille parfaite. (Entre parenthèses, j’ai toujours envie de châles immenses pour m’envelopper frileusement dedans, mais au final je me rends compte que ceux que j’utilise vraiment sont de dimensions plus modestes, tout à fait comme ce Genver, fermons la parenthèse.)

J’ai choisi pour faire mes photos le seul jour bien gris de la semaine (pas ma faute si les jours gris tombent le week-end, d’ailleurs je voudrais bien en dire deux mots au dieu de la météo qui nous a fait crever de chaud toute la semaine et qui nous envoie la pluie dans la nuit de vendredi à samedi !).

J’ai choisi aussi d’associer mon Genver vieux rose avec mon petit pull de printemps vert pomme, et pourquoi pas ! J’ai passé l’âge d’obéir aux diktats de la mode en matière d’associations de couleurs, passé l’âge aussi de me laisser marcher sur les pieds et imposer une certain nombre de choses mais ceci est une autre histoire 😀

Place aux photos

 

 

 

Bon dimanche !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et de 5 ! (DDF2017#5)

Encore un mois qui se termine … c’est moi ou ça passe de plus en plus vite ?

J’ai toujours ma liste … ça avance doucement, bien moins vite que les semaines qui défilent mais quand même …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter. DÉTRICOTÉ !

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter. FINI !

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés. Parti au blocage ! FINI, photographié et tout !

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ? Je crois que son sort est scellé vu que j’ai déjà récupéré son aiguille … Détricoté et transformé en Genver (encore un !) Reste à le photographier

-une veste enfant au crochet, plus que une manche et les finitions. FINI !

-une jupe ratée

un nouveau gilet kimono dont je viens de finir l’échantillon (et après je me demande pourquoi ma liste est toujours aussi longue !) Fini aussi, encore une séance photo à prévoir.

 

Avec cette veste enfant, l’objectif était clairement d’apprendre à faire des bordures droites au crochet. Je maîtrise le crochet en rond mais les allers et retours restaient plutôt aléatoires. Alors quand la bordure est cachée dans une couture ça passe, mais quand elle est bien visible c’est pas possible.

Au détour d’un passage en magasin de presse, je suis tombée sur cette revue et je me suis dit qu’elle était faite pour moi, un recueil papier des bases, un aide-mémoire à avoir dans le sac à ouvrages, parce que oui les écrans c’est formidable mais le papier c’est très pratique, question de génération peut-être.

Je ne regrette pas du tout mon achat, il y a dans ce magazine pas mal de modèles sympas qui donnent envie de dégainer le crochet et des petits rappels techniques qui sont les bienvenus pour moi.

J’ai choisi de réaliser une veste asymétrique bicolore (laine naturelle/laine bordeaux) en taille 2 ans. Je ne tenais pas à me lancer dans un ouvrage trop long, au cas où ce serait un fiasco total 😉

Pour les bordures, je considère que mon objectif est atteint :

C’est droit non ?

Ma petite veste se réalise en 5 morceaux que j’ai ensuite assemblé au crochet, pour rester dans le thème. La plus grande partie de l’ouvrage est réalisé en mailles serrées avec un rang de brides de part et d’autre des rayures contrastantes, fastoche ! J’ai ensuite crocheté une bordure de mailles serrées autour de l’encolure et des devants et dans la foulée j’ai formé 4 petites brides de boutonnage qui font face à 4 boutons issus de mon stock : des boutons 100% vintage dénichés dans un vide-grenier l’été passé et que j’ai hésité à découdre de leur carte 😉

Le résultat en images :

 

 

Avec ma petite veste je participe aux Défis du fil de mai 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

Je suis dans le thème bébé, même si j’ai fait une taille 2 ans et qu’à 2 ans on n’est plus un bébé 😉

badge_les_dc3a9fis_du_fil

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer