Et de 5 ! (DDF2017#5)

Encore un mois qui se termine … c’est moi ou ça passe de plus en plus vite ?

J’ai toujours ma liste … ça avance doucement, bien moins vite que les semaines qui défilent mais quand même …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter. DÉTRICOTÉ !

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter. FINI !

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés. Parti au blocage ! FINI, photographié et tout !

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ? Je crois que son sort est scellé vu que j’ai déjà récupéré son aiguille … Détricoté et transformé en Genver (encore un !) Reste à le photographier

-une veste enfant au crochet, plus que une manche et les finitions. FINI !

-une jupe ratée

un nouveau gilet kimono dont je viens de finir l’échantillon (et après je me demande pourquoi ma liste est toujours aussi longue !) Fini aussi, encore une séance photo à prévoir.

 

Avec cette veste enfant, l’objectif était clairement d’apprendre à faire des bordures droites au crochet. Je maîtrise le crochet en rond mais les allers et retours restaient plutôt aléatoires. Alors quand la bordure est cachée dans une couture ça passe, mais quand elle est bien visible c’est pas possible.

Au détour d’un passage en magasin de presse, je suis tombée sur cette revue et je me suis dit qu’elle était faite pour moi, un recueil papier des bases, un aide-mémoire à avoir dans le sac à ouvrages, parce que oui les écrans c’est formidable mais le papier c’est très pratique, question de génération peut-être.

Je ne regrette pas du tout mon achat, il y a dans ce magazine pas mal de modèles sympas qui donnent envie de dégainer le crochet et des petits rappels techniques qui sont les bienvenus pour moi.

J’ai choisi de réaliser une veste asymétrique bicolore (laine naturelle/laine bordeaux) en taille 2 ans. Je ne tenais pas à me lancer dans un ouvrage trop long, au cas où ce serait un fiasco total 😉

Pour les bordures, je considère que mon objectif est atteint :

C’est droit non ?

Ma petite veste se réalise en 5 morceaux que j’ai ensuite assemblé au crochet, pour rester dans le thème. La plus grande partie de l’ouvrage est réalisé en mailles serrées avec un rang de brides de part et d’autre des rayures contrastantes, fastoche ! J’ai ensuite crocheté une bordure de mailles serrées autour de l’encolure et des devants et dans la foulée j’ai formé 4 petites brides de boutonnage qui font face à 4 boutons issus de mon stock : des boutons 100% vintage dénichés dans un vide-grenier l’été passé et que j’ai hésité à découdre de leur carte 😉

Le résultat en images :

 

 

Avec ma petite veste je participe aux Défis du fil de mai 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

Je suis dans le thème bébé, même si j’ai fait une taille 2 ans et qu’à 2 ans on n’est plus un bébé 😉

badge_les_dc3a9fis_du_fil

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Un pull pour le printemps

Je continue avec mon interminable liste …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter. DÉTRICOTÉ !

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter. FINI !

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés. Parti au blocage ! FINI, photographié et tout !

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ? Je crois que son sort est scellé vu que j’ai déjà récupéré son aiguille … Détricoté et transformé en Genver (encore un !) Reste à le photographier

-une veste enfant au crochet, plus que une manche et les finitions. Fini, reste à le photographier

-une jupe ratée

un nouveau gilet kimono dont je viens de finir l’échantillon (et après je me demande pourquoi ma liste est toujours aussi longue !) Fini aussi, encore une séance photo à prévoir.

Ce petit pull de printemps, je l’aime beaucoup. Printanier par sa couleur, un vert tendre qui évoque les bourgeons à peine éclos, il est en pure laine vierge bio, teinte à la main et 2 écheveaux m’ont suffi pour le réaliser. Il sera parfait pour les matins frais et les soirées d’été qui se prolongent. Je l’ai tricoté en 5 et c’était un vrai plaisir de le voir monter. Le modèle est tout simple, col rond, manches courtes, pas besoin de fantaisies pour mettre en valeur cette belle laine.

Pour l’occasion, je suis allée chercher Gertrude et je lui ai dit : « Mets ta jupette à fleurs et viens avec moi dans le jardin, le printemps est arrivé ! » Et comme elle n’est pas contrariante, elle est venue. 😉 Merci Gertrude, ce pull ne m’étant pas destiné, les photos sur moi ne l’aurait pas vraiment mis en valeur …

Pull manches courtes, modèle maison, laine biologique de L’écheveau vert.

Bien, c’est pas tout ça, faut que je remette quelque chose en route moi 😉

Bonne semaine 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # mai 2017

Mois de mai, nouveau rendez-vous des boulets ! Il fallait bien que je privilégie dans ma liste d’en-cours de laissés-en-plan mon boulet véritable …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter. DÉTRICOTÉ !

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter. FINI !

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés. Parti au blocage !

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ? Je crois que son sort est scellé vu que j’ai déjà récupéré son aiguille …

-une veste enfant au crochet, plus que une manche et les finitions

-une jupe ratée

un nouveau gilet kimono dont je viens de finir l’échantillon (et après je me demande pourquoi ma liste est toujours aussi longue !

Passage à l’acte donc pour mon gilet en Goomy 50 de Bergère de France, phase détricotage.

Quand on ne l’a jamais fait on a tendance à penser que le détricotage d’un ouvrage fini est difficile principalement sur le plan moral : tout ce temps passé à choisir un modèle, tricoter, assembler, rentrer les fils pour finalement revenir à la case départ, dur ! Mais voilà, on se dit qu’une fois la décision prise, le plus pénible est fait !

Pas vraiment en fait. Le détricotage est plein d’embûches, d’étapes successives qui demandent aussi pas mal de temps et d’énergie et il a fallu que je me donne un bon coup de pied au derrière pour ne pas laisser mon boulet tranquille 😉

Etape 1 : découdre les manches, trouver le fil de départ. Pas si simple quand les fils ont été rentrés et qu’on ne veut rien abimer. On tire un peu ici, ça ne vient pas, ah mais non ça doit être de l’autre côté, ça ne vient pas non plus, c’est le syndrôme de la clé USB appliqué au tricot 😀

Le voilà !

 

Etape 2 : détricoter, le plus facile, pour peu que le point et la laine soient coopératifs. Pas de problème avec le jersey et la Goomy. Je n’ai pas la chance d’avoir un dévidoir, mais j’ai un baby-foot et ça le fait !

J’ai obtenu 5 écheveaux de laine toute frisotée, j’adore c’est trop mignon !

Etape 3 : proposer un bon bain pour défriser tout ça.

Etape 4 : faire sécher au grand air puisque, contre toute attente, le soleil a bien voulu pointer le bout de son nez.

Etape 5 : mettre en pelotes. Je passe sur l’épisode des noeuds, un écheveau avait mal vécu la sortie du bain/étendage, cela m’a valu une belle séance de démêlage.

Et voilà, c’est fini ! Et maintenant, je fais quoi ?

J’avais commandé cette laine après avoir vu ce pull que je trouve pétillant et original. Oui mais voilà, je ne porte pas beaucoup de pulls, je ne suis pas fan des encolures bateau que je trouve parfois gênantes et puis je me posais des questions sur la gestion des raccords de rayures au niveau des coutures.

Modèle 994 Bergère de France 2014/2015

Sinon, comme je porte beaucoup mon Vitamin D que j’adore, je pourrais en refaire un ou alors plutôt un Storm Mountain qui est dans le même esprit. Oui mais l’effet rayures de la laine conviendra-t-il à ce modèle ? Et puis j’ai un peu la flemme de tricoter en anglais …

Ou alors je me tricote une cargaison de chaussettes ….

Je vais réfléchir à la question et on en reparle le mois prochain 😉

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir ! On se retrouve au mois de juin pour le prochain Rendez-vous …

Bonne semaine 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et de 3 ! (DDF2017#4)

Voilà avril qui se termine, qui est terminé même, et je suis toujours aux prises avec ma liste d’en-cours de laissés-en-plan …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter.

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter. FINI !

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés. Parti au blocage ! Je vous montre juste la couleur

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ? Je crois que son sort est scellé vu que j’ai déjà récupéré son aiguille … Je mets une photo pour Kabri qui l’a demandé gentiment.

-une veste enfant au crochet, plus que une manche et les finitions

-une jupe ratée

Et j’en rajoute un petit dernier :

-un nouveau gilet kimono dont je viens de finir l’échantillon (et après je me demande pourquoi ma liste est toujours aussi longue !

 

Bien, revenons à ce petit pull en coton qui vient de tomber de mes aiguilles.

C’est un pull style marinière trouvé dans un des derniers Passion Tricot. J’ai choisi des tons plus clairs, un bleu ciel et un gris perle en Coton Fifty de Bergère de France. J’ai une cargaison de ce gris à écouler car j’avais commandé 2 fois le métrage pour faire cette robe, je m’en souviens encore !

 

C’est un modèle tout simple quand on aime les trous et il se tricote en rond jusqu’aux emmanchures.

J’ai modifié un peu le jeu de rayures (non en vrai je me suis trompée et je me suis dit, tant pis, c’est pas grave ! Faut dire que j’avais déjà tricoté 4 ou 5 motifs et bon, ça fait un certain nombre de mailles et surtout, surtout, on ne se refait pas :-D. J’ai moins ri en arrivant aux emmanchures, quand t’as des rayures sur un nombre de rangs impairs, y’a toujours un moment où ton fil n’est pas du bon côté hein ! Bref …) Il est rectangulaire, court et large avec des manches 3/4 et franchement sur un jean ou avec mon pantacourt, pardon mon 7/8, gris, il est idéal.

Voilà voilà, on n’attend plus que le retour du soleil !

Ceci est ma participation aux Défis du fil d’avril 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

J’ai beau chercher je ne vois rien dans mon ouvrage du mois qui se rapporte au thème « carré » et encore moins au thème « animal », alors c’est free-style pour moi 😉

badge_les_dc3a9fis_du_fil

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et de 2 ! #DéfiJePeuxPasJaiCouture

Je continue avec ma liste d’en-cours de laissés-en-plan …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter.

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter.

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés.

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

et je rajoute les oubliés :

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ?

-une veste enfant au crochet, plus qu’une manche et les finitions

-une jupe ratée

Je vous montre donc mon petit pantacourt vite fait avant d’aller remplir mon devoir …

Je voulais un pantacourt, facile à porter au quotidien, qui aille avec tout ou presque, qui ne fasse pas de surépaisseur sous les T-shirts fluides, plutôt près du corps et surtout surtout taille haute ! Je n’ai toujours pas compris cet engouement des tailles basses, question de génération sans doute …

J’ai donc choisi un jean gris pas trop léger et avec un peu d’élastahanne et un patron basique trouvé dans un magazine simplicity, celui dans lequel j’avais trouvé ma robe rouge. Il n’aura ni poches, ni braguette pas même de ceinture rapportée, mais juste une fermeture sur le côté. Des pinces devant et dos lui donneront sa forme.

Alors en couture (en tricot aussi quand j’y pense) j’ai un souci : la crainte que ce soit trop court, trop petit, donc j’ai tendance à laisser des marges, beaucoup de marge !

Au premier essayage, mon pantacourt était bien trop large, aux cuisses, aux genoux, aux mollets, il a fallu retoucher ça tout de suite et rien de plus simple ! Il suffit d’enfiler le pantacourt à l’envers et d’épingler sur soi (Aïe, ça pique !!!). Ensuite tu l’enlèves (Aïe aïe aïe) et t’as plus qu’a piquer au bon endroit.

Puis il a fallu retoucher la taille parce que ce pantacourt je le voulais taille haute, mais quand même pas sous les bras (quoique !). J’ai enlevé le minimum nécessaire et il est comme j’aime, bien à sa place, j’adore !!!

En bas, pareil, j’avais prévu large et j’ai laissé. C’est comme ça que mon pantacourt est devenu un 7/8, ça tombe bien c’est la mode !

Il est parfait pour la saison et il ira parfaitement avec mon petit pull en coton quand il sera fini.

Il est parfait également pour ma participation du mois d’avril au Défi Je peux pas j’ai couture organisé par ClRsapi du blog entre veille et sérendipité, (tous les détails  ici)

Vous n’aurez que des photos à plat, pas la peine de couiner, j’ai déjà fait un bel effort le week-end dernier 😉

 

Bon dimanche !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et d’1 !

J’ai décidé de reprendre ma liste d’en-cours de laissés-en-plan et de l’actualiser au fur et à mesure :

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter.

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter.

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées, restera à les assembler et à fermer les côtés.

-un pantalon 7/8. Photos à faire.

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

et je rajoute les oubliés :

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ?

-une veste enfant au crochet

-une jupe ratée

Voilà donc mon gilet kimono terminé, chouette chouette chouette !

Je l’ai tricoté avec de la laine Eclair de Bergère de France généreusement offerte par ma voisinamie préférée <3.

J’ai utilisé le point fantaisie de ce modèle Bergère de France

et je me suis inspirée du patron de ce modèle trouvé sur internet (clic).

Il se tricote d’une pièce en partant du bas du dos. La fille qui n’apprend pas de ses erreurs : elle ne se souvient pas du dernier gilet tricoté en un seul morceau 😀

Pas de souci de réalisation, juste que comme d’habitude j’ai toujours peur d’être juste au niveau taille et après blocage il s’avère qu’il est plutôt grand, un peu large, les manches un peu longues mais il reste confortable et agréable à porter.

Je le portais d’ailleurs  dimanche dernier lors d’une promenade en famille. Il accompagne parfaitement ma Rosa je trouve et le soleil lui va bien parce que son fil est brillant, c’est girly 😉

Quelques photos de cette belle journée à Clisson. Clisson, son célèbre château (tiens j’ai pas de photo du château), ses petites rues escarpées et fleuries, ses jolis ponts sous lesquels coule paisiblement la Sèvre …

Mais Clisson c’est aussi la capitale des métalleux de tous poils avec son incontournable Hellfest.

SAMSUNG

Hommage à Lemmy Kilmister

Le métalleux fait trembler la bigotte Clissonaise mais derrière son apparence inquiétante, il est foncièrement gentil. Il arbore généralement un t-shirt à la sérigraphie délavée mais néanmoins effrayante, un bermuda et des tongs. Sûr de son potentiel photogénique, le métalleux n’hésite jamais à se glisser subrepticement sur les clichés des touristes. Ici, par exemple, je cherchais à immortaliser un joli pavillon dans son écrin de verdure du parc de la Garenne-Lemot et hop ! Surgit le métalleux, tel un lutin facétieux !

 

Et lorsque je prends la pose sous l’objectif de ma photographe préférée pour un petit shooting au soleil, le voilà qui s’invite dans le cadre ! Et parfois même en bonne compagnie 😉

 

 

Autre caractéristique indéniable, le métalleux a bon goût. La preuve il apprécie mon gilet 😉

P1040519gimp

Enfin le métalleux n’a peur de rien (à part peut-être des araignées mais alors uniquement des très très grosses !) et prétend ne pas craindre d’avoir sa bobine sur mon blog … J’espère que c’était vrai 😀

Bonne semaine 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # avril 2017

J’aurais bien voulu, mais j’ai pas pu 😦

Ni mon boulet, ni d’ailleurs mes autres ouvrages en cours. Pas d’article sur mon blog, j’ai même pas fêté mon quatrième bloganniversaire, pas de visites aux blogs amis. Pas de lecture non plus, impossible de me concentrer correctement. C’est dommage car toutes ces activités me lavent la tête et me remontent le moral en principe mais c’était la paralysie totale.

J’ai pourtant une belle liste d’en-cours de laissés-en-plan :

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter.

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter.

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler.

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, restera à les assembler et à fermer les côtés.

-un pantalon 7/8. Photos à faire.

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

J’ai déjà raté les Défis du Fil et le défi Je Peux Pas J’ai Couture, alors aujourd’hui je fais un effort pour honorer, symboliquement, le rendez-vous boulet … qui sait, peut-être que ça va relancer la machine ?

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir ! Prochain RV le 8 mai, en attendant profitez bien des premiers soleils et des jolies fleurettes 🙂

Bonne semaine 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet #mars 2017

Comme promis je suis allée chercher dans mon panier un nouveau boulet, ce sera mon boulet N°3 et il est vert. Ce n’est pas sa couleur non, sa couleur c’est prune, je dis qu’il est vert parce que c’est un tout jeune boulet. Il date seulement de la fin de l’été dernier, époque à laquelle, pleine de courage, d’entrain et d’optimisme je m’étais lancée dans la confection d’un gilet en Goomy 50 de Bergère de France. Vous savez cette laine qui fait des rayures toute seule et se tricote en 2,5 😉

Je sais, un gilet adulte en 2,5, il faut être un peu folle.

Quand j’avais acheté cette laine je pensais à un petit pull avec bordures contrastantes que j’avais vu sur BdF et que je trouvais bien mignon mais après réflexion j’ai eu envie de rayures verticales plutôt qu’horizontales et je me suis concocté un modèle maison (je crois bien que j’aurais économisé de l’énergie si j’étais allée fouiner sur Ravelry mais bon …).

Bref, j’écris mon modèle vite fait et je me tricote ce chouette gilet. Il ne se tricote ni de haut en bas, ni de bas en haut, mais de droite à gauche, en travers et en rangs raccourcis pour obtenir la forme des épaules ; les manches sont tricotées également dans le courant de l’ouvrage qui est donc d’un seul tenant. Ce qui veut dire que s’il y a un défaut sur la manche droite par exemple, il faut défaire le devant gauche, la manche gauche, le dos pour la rectifier 😀

 

Il est fini depuis longtemps, je crois que ça m’a pris 1 ou 2 mois pour en venir à bout. Alors pourquoi ,me direz-vous, se retrouve-t-il ici, à la rubrique boulet ??? Il y a des indices ci-dessus mais je développe :

1- la forme n’est sans doute pas celle qui convient le mieux à ma morpho, quand je le vois sur mon mannequin qui est épais comme une allumette je me dis que sur moi ce ne sera peut-être pas top, mais ce n’est pas une raison suffisante.

 

2- Il y a un problème au niveau des emmanchures, c’est trop serré sous les bras et c’est insupportable. A l’époque où je l’ai tricoté, je n’avais pas encore pris mes résolutions de tricoteuse modèle, du coup quand je m’en suis rendu compte, juste après avoir fini ma première manche, devinez ce que je me suis dit ? « allez, ça ira, je bidouillerai quelque chose et ça ira ! » EVIDEMMENT QUE NON, ÇA NE VA PAS !!! C’est déjà une bonne raison pour que ce gilet devienne un boulet mais il y a mieux.

3-La cerise sur le gâteau, bien visible sur la photo ci-dessous :

 

Le défaut s’est révélé lorsque j’ai posé des épingles à l’emplacement des boutonnières, une différence (énorme !) entre le départ et l’arrivée !!!

Qu’on ne me demande pas ce qui s’est passé, je ne sais pas. Je pense avoir le même nombre de mailles, aurais-je tricoté moins serré ? Ou alors c’est Bergère de France qui m’a refilé des pelotes mal calibrées ? Ouais ça doit être ça !

Du coup, inutile de s’attarder sur le fait que la bordure en point de riz resserre légèrement le bas, c’est peu élégant, mais c’est un détail à côté du reste.

Bien, bien, bien. Vous savez tout sur mon nouveau boulet. Bien sûr il n’est ni lavé ni bloqué mais je ne crois pas que ça puisse changer grand chose.

Alors que dois-je faire ? J’attends vos avis et suggestions, je sais bien ce que vous allez me dire allez, pas d’illusions 😦

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Un dernier pour la route

Z’avez vu ? L’hiver s’en va ! Yessssss !!!

J’ai vu passer ces deux dernières semaines sur vos blogs pas mal de créations hivernales et je me suis dit qu’il était grand temps pour moi aussi de de terminer le dernier petit snood de l’hiver.

C’est un snood crocheté en rond, le motif et le relief sont  obtenus graĉe à une alternance de brides croisées. J’ai trouvé le modèle sur internet mais impossible de remettre la main dessus, je sais c’est nul, d’autant plus que je l’ai imprimé mais la feuille aussi a disparu (comme quoi trop de rangement peut nuire au final …). Si la créatrice passe par là, qu’elle m’excuse et qu’elle se signale …

Il est très facile à réaliser et comme il se crochète en rond je n’ai pas eu de problèmes au niveau des lisières. Je m’explique : au crochet je ne sais jamais quelle est la dernière maille et du coup mes lisières ne sont pas du tout droites. C’est très embêtant 😀

 

J’ai utilisé encore une fois une laine de L’écheveau vert (clic). Une laine 100% française (Massif Central), bio et teinte à la main de façon naturelle : un chaudron, de l’eau, du vinaigre blanc et des teintures respectueuses de l’environnement (sans métaux lourds et conformes aux normes de L’Organic Trade Association pour la teinture des fibres biologiques). La teinture artisanale donne de jolies nuances qui accentuent l’effet du point et le résultat me plaît beaucoup.

Avec un mon écheveau, j’ai pu crocheter un snood à porter en long façon écharpe ou à enrouler 2 fois autour de mon cou quand il fait bien froid.


J’espère qu’on aura encore quelques matinées fraîches !

Bon week-end !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Des ronds des ronds petit pataton (DDF2017#2)

En me promenant l’autre jour sur le blog de Mademoiselle K (ici), j’ai vu ceux qu’elle avait cousus. Elle les avait elle-même vus chez Mum à contre courant (). Et j’ai tout de suite aimé cette idée esthético-écolo-maline :  des « couvercles » en tissu qui pouvaient remplacer le papier alu ou le film étirable.  Un reste à ranger au frigo ? une pâte à pain à faire lever ? Une part de gâteau à porter chez Mamie ? Hop un couvercle adaptable, lavable, réutilisable et en plus tu peux l’assortir à la déco de ta cuisine !

J’ai décidé d’en coudre une série sur le champ et j’ai sorti pour l’occasion un tissu de récup’ qui me semblait tout à fait approprié : un tissu avec des ronds ! C’est ultra facile à faire : un disque de tissu d’environ 5cm de plus que le récipient appelé à le recevoir, de l’élastique, du biais (ou pas, rien n’interdit de piquer un ourlet dans lequel l’élastique coulissera …) et c’est parti.

 

J’en ai fait un grand pour un saladier …

p1040446gimp

… un tout petit pour un ramequin …

p1040447gimp

Si je les mets côte à côte, on voit mieux l’échelle. Et je tiens à préciser que le grand modèle fait une charlotte très élégante, oh zut, je n’ai pas de photo !!!

p1040448gimp

J’en ai d’autres en prévision (saladier bis, assiette creuse, bol), mais là tout de suite, j’ai des cahiers à corriger, alors je vais être raisonnable et sortir mon crayon rouge.

p1040444gimp

Ceci est ma participation aux Défis du fil de février 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

Le thème ? Rond ! 😀

badge_les_dc3a9fis_du_fil

A bientôt !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer