Du rouge pour changer un peu #DéfiJePeuxPasJaiCouture

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

ClRsapi du blog du blog entre veille et sérendipité, nous a proposé pour l’année 2017, un chouette défi couture : 1 mois, 1 vêtement. J’ai répondu présente et on verra bien si j’arrive à tenir le rytme (mais je suis sereine parce qu’il paraît qu’on ne se fera pas gronder si on déclare forfait certains mois). Vous trouverez tous les détails sur son blog (ici)

J’avais dans mon stock un coupon de jersey rouge dont j’avais prévu de faire un T-shirt basique. Un tissu très très élastique, lourd fluide et glissant, que j’avais finalement laissé de côté parce qu’il me paraissait imposible à travailler à la MAC (oui j’aurais pu y penser avant de l’acheter … comment résister à l’appel du coupon soldé ?) Mais maintenant j’ai une surjeteuse, je la maîtrise à peu près et il me semblait qu’il était temps de m’attaquer à ce coupon effrayant. J’en ai assez rêvé de cette surjeteuse, ce n’est pas pour continuer à fuir les jerseys qui glissent !

Modèle maison, tout simple, encolure danseuse bien dégagée, manches courtes (je voulais des manches longues mais je n’avais pas assez de tissu) et voilà, le printemps peut venir je suis prête !

p1040440gimp

Aucun problème pour l’assemblage, ni pour la pose de la bande d’encolure rapportée et franchement je pensais que c’était gagné. Quand il ne reste plus qu’à ourler un vêtement, on a tendance à se dire que le plus gros est fait. Mais c’était faire abstraction de la mauvaise volonté de mon tissu :  impossible à marquer au fer, difficile à épingler, se déformant et s’étirant sous le pied-de-biche …grrrr. J’ai essayé différentes techniques mais rien n’était propre.

Alors j’ai sorti mon pied pour ourlet invisible tout neuf et, après quelques essais sur des chutes, je me suis lancée dans l’aventure. Ce n’est pas parfait mais ça va si on accepte l’idée que mes ourlets invisibles ne le sont pas 😉 J’ai dû piquer trop loin dans le pli du tissu, je ferai mieux la prochaine fois (ou pas). En plus l’ourlet du bas n’est pas très régulier. Mais Chéri a dit que ça valait largement les finitions du commerce et j’ai décidé de le prendre comme un compliment  😀

p1040442gimp

Au final il me plaît bien ce T-shirt, il est confortable, l’encolure est vraiment sympa et ce tissu lourd et fluide lui donne un joli tombé.

p1040443gimp

Contrat rempli pour février, c’était chaud ! Qui est-ce qui m’a fait des mois de 28 jours, non mais ?!

Bonne semaine 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

C’est le printemps, non ?

En fait non ! Il fait plutôt frais, souvent il pleut et il y a beaucoup de vent, et la couleur du ciel … gris, gris gris. D’ailleurs les forsythias ne montrent pas encore leurs pétales jaunes. Alors qu’est-ce qui m’a pris de me lancer dans ce grand ménage/rangement de printemps ? Bizarre !

Toujours est-il que j’ai tout déballé de la cave au grenier, vidé les placards, les étagères, sortis les bacs empilés ici et là et j’ai entrepris le grand rangement. C’était un effort louable de ma part à vai dire car quand on habite la même maison depuis 25 ans, qu’on y a élevé 4 enfants, qu’on est mariée à un non-jeteur de l’extrême et qu’on a soi-même la fibre « je-garde-ça-peut-servir » ou pire « je-garde-c’est-un-souvenir », grande est la quantité d’objets conservés.

Bon au final, j’ai tout gardé comme d’habitude, des petites chaussettes de mes bébés aux papiers cadeaux de Noël dernier et des précédents et j’en passe … un seul pauvre petit sac poubelle a eu le droit de quitter les lieux, et encore, sous étroite surveillance !

Bref. J’en ai profité pour ranger/réaménager mon petit coin de stockage couture-tricot et j’ai eu envie de vous montrer ça. Un clin d’oeil à la Demoiselle d’Octobre qui nous avait suggéré (ici) de dévoiler notre stash #TresorLaineux. Mais je ne vous dirai rien des quantités, ce sera juste un petit coup d’oeil 😉

J’ai investi un petit coin en  soupente, je l’ai aménagé avec des casiers Multikaz (fabriqués en France) trouvés chez le roi du bricolage et les petits tiroirs qui vont bien, parfaitement assortis à la déco de la pièce (promis dans une autre vie je ferai des panières moi-même …). C’est un espace modeste mais ce qu’il contient promet de m’occuper pendant de longues heures !

p1040436gimp

Vues d’ensemble

p1040431gimp

p1040432gimp

Chouette, il reste de la place pour rentrer un peu de tissu 🙂

p1040438gimp

On met pas mal de pelotes dans un cube de 30×30 cm, et encore, elles pourraient être mieux rangées.

 

p1040435gimp

Un bac à roulettes pour les fins de pelotes, rangées par couleur et/ou qualité s’il vous plait …

p1040434gimp

… et un bac à roulettes pour les chutes de tissu. Là j’ai vraiment trié et toutes les chutes plus petites que la paume de la main ont été impitoyablement jetées ! Sinon le bac ne fermait pas 😀

Ma résolution de printemps c’est de me contenter de cet espace-là. Il reste de la place, on peut rentrer du stock. Il n’en reste pas, on utilise ce qu’il y a. Après il n’est pas interdit de tasser hein !

Avec tout ça, qui c’est qui n’a pas vu arriver la fin du mois ???

Enregistrer

Rendez-vous boulet #février 2017

J’avais exhumé mon boulet n°2 en décembre 2014 après avoir vaincu mon boulet n°1 :

une paire de chaussettes récalcitrante (clic). Décembre 2014 !!! C’est fou comme le temps passe !

Le début de l’année 2017 a vu la rédition de mon boulet n°2,

Ô joie incommensurable !

Petite chronologie en images …

Après avoir terminé l’assemblage de mes 238 carrés (un rectangle de 14×17 carrés soit environ 110×140 cm), j’ai crocheté tout autour une bordure bicolore et toute simple pour éviter d’alourdir l’ensemble. Je trouve que cette petite bordure le modernise.

p1040422gimp

p1040426gimpJ’étais déjà bien contente de pouvoir admirer mon plaid jardin fleuri, avec sa pièce d’eau garnie de nénuphars, entourée d’une petite prairie de fleurs sauvages (oui je sais faut avoir de l’imagination, d’aucuns y voient un plaid à fleurs de mamie …)

Ensuite j’ai acquis un coupon de polaire doudou blanche toute douce

p1040420gimp

p1040421gimp

Et j’ai assemblé le plaid et sa doublure à petits points, patiemment, très patiemment. C’était un peu ingrat comme tâche, mais au moins je profitais déjà de la chaleur de mon plaid (et Pims aussi qu’on aperçoit en haut à gauche :-))

SAMSUNG

Mais après toutes ces heures de dur labeur, quelle joie d’obtenir cette merveille chaude, douce et colorée qui réchauffera pendant de longues années les genoux frileux. On dirait bien que même les plus sceptiques sont conquis 😀

p1040427gimp

p1040428gimp

p1040429gimp

Ce ne fût pas sans mal mais ça, c’est fait !

Je ne baisse pas la garde et je sors dans la foulée mon boulet n°3 que je vous montrerai en détails le mois prochain.

SAMSUNG

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Petite honte #365matins

porte-plume

Le samedi, j’écris (ou pas, ça dépend de mon emploi du temps, de mon humeur et de mon inspiration) dans le cadre du défi 365 matins proposé par matins_bleus : chaque jour, un sujet proposé, un texte à écrire si l’on est inspiré.

Le sujet du jour, 11 février : « Petite honte »

C’est un petit garçon bien élévé, très bien élevé, d’ailleurs il le porte sur lui. Il a toujours suivi les conseils de sa maman : mouche ton nez, dis bonjour à la dame, essuie tes pieds, lave-toi les mains avant de passer à table.

Mais aujourd’hui il a fait une bêtise, du moins c’est ce qu’on lui dit, il a un peu honte et surtout il ne comprend pas.

Oui, il a trempé son doigt dans le pot de confitures et il l’a léché avec gourmandise ! Et plusieurs fois encore ! Mais que diable ce n’est pas la première fois ! Il l’a fait plus souvent qu’à son tour. A vrai dire d’aussi loin qu’il se souvienne, il l’a toujours fait et il était bien sûr d’en avoir absolument le droit. Cette confiture elle est à lui non ?

Il n’en a pas cueilli les fruits, il ne les a pas mélangés avec le sucre, pas porté le tout à ébullition ni versé le liquide bouillant dans les pots. Quant à la vaisselle et au nettoyage qui clotûrent les journées confiture, il n’est même pas au courant, les basses besognes ne sont pas pour lui.

Cela le rend un peu triste tout ça, ce sentiment de honte auquel il n’est pas habitué, les indignations et les quolibets qui fusent autour de lui, et surtout la perspective de devoir changer ses petites habitudes gourmandes. Franchement, se dit-il, que d’histoires pour un peu de confiture !

chateaugimp

 

Bon week-end et

à lundi pour le rendez-vous des boulets 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Jupe bis #DéfiJePeuxPasJaiCouture

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

ClRsapi du blog du blog entre veille et sérendipité, nous a proposé pour l’année 2017, un chouette défi couture : 1 mois, 1 vêtement. J’ai répondu présente et on verra bien si j’arrive à tenir le rytme (mais je suis sereine parce qu’il paraît qu’on ne se fera pas gronder si on déclare forfait certains mois). Vous trouverez tous les détails sur son blog (ici)

Pour le premier mois de l’année, je n’ai pas pris de risque et j’ai réédité le modèle simplissime de jupe que j’avais déjà cousu pour ma maman (ici). Il me fallait un tissu chaud, léger, souple et doux, alors j’ai opté pour un jersey un peu lourd, légèrement chiné. Une petite couture rapide (moins de 2 heures) et sans souci.

p1040382gimp

p1040383gimp

J’ai changé le sens du tissu pour l’indispensable poche, comme ça elle est plus visible et maman ne me dira pas qu’elle ne la trouve pas 😉

Il n’y a pas eu de shooting et il n’y aura pas de photo portée car maman ne se sent pas l’âme d’un top-model  😀

 

 

Voilà j’ai rempli mon contrat pour janvier,c’est un bon début 😉

Longue veste torsadée (DDF2017#1)

Ma Moins Grande a eu un coup de coeur pour une longue veste proposée par Bergère de France. Elle tricote elle aussi, mais pas assez vite à son goût pour se lancer dans un tel ouvrage. Alors elle m’a embarquée dans son projet, ce qui n’est pas la chose la plus difficile au monde ! Une maman ça sert à épauler, encourager mais aussi à prendre le relais quand c’est nécessaire.

Laine commandée, aiguilles sorties, modèle revu et corrigé avec l’accord de l’intéressée ; je n’étais pas convaincue par l’esthétique des manches « bibendum » et j’étais pratiquement sûre qu’elle se détendraient et s’allongeraient, je les ai donc modifiées à ma façon.

veste-bdf

Quelques heures de travail acharné plus tard, elle a pu arboré fièrement une belle veste tricotée avec amour. Allez je vous la montre …

p1040419gimp

Encolure toute simple, juste une bande de côtes 2/2 rapportée.

On retrouve les mêmes torsades devant, au dos et sur les manches. Les côtes du dos cintrent naturellement la veste, ce qui la rend très seyante ; le rendu sur ma fille est à tomber !!! Non je n’exagère pas 😉

p1040416gimp

Détail de la torsade

Laine Baltic coloris Tourmente de Bergère de France, modèle Bergère de France.

Ceci est ma participation aux premiers Défis du fil 2017 organisés par Mes petites (ré)créations. Cette veste n’est-elle pas top pour affronter le froid ? 😉

badge_les_dc3a9fis_du_fil

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Genver, le retour

J’en ai déjà parlé ici, ce n’est donc pas une surprise, j’ai mis en route un deuxième Genver, pour moi celui-là. Promis juré, après, plus de châles, quoique …

Je profite de l’occasion qui m’est donnée pour rétorquer à ceux qui me feraient remarquer que j’ai déjà trop de châles, que je m’inscris en faux !  Des châles j’en ai fait (laissez-moi compter sur mes doigts : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 !) 10 avec ce nouveau Genver.

Parmi ces 10, 6 ont été offerts, il en reste 4.   4 plus 2 qui m’ont été offerts …

… ça fait un total de 6. Et 6 châles dans une garde-robe de tricoteuse addicte, ça n’est pas du tout exagéré ! Enfin je trouve !

(Et non on ne peut pas additionner les écharpes, snoods et autres cache-épaules avec les châles, ça n’est pas du tout la même chose !!!) Fin de la digression.

Ce Genver donc …

 

p1040391gimp

Prenez 120g de laine, une paire d’aiguilles N°5, un No Stress, tricotez sereinement pendant 7 ou 8 soirées …

p1040396gimp

… et vous obtenez un châle aux doux reflets pastels, parfait pour ces jours de grands froids. Il est tellement parfait qu’il est beau lorsque je le jette sur un canapé en rentrant du travail …

p1040403gimp

…beau encore si je le suspends à une patère (parce que quand même, je ne suis pas du genre à laisser traîner mes affaires toute la journée) …

Et beau également, lorsque je le porte … parfait je vous dis !

 

 

Laine Samantha Mixage, 55% Mohair, 45% acrylique, modèle gratuit Genver sur le blog de Soie et Laine.

Bonne fin de week end et bonne semaine 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Demain #365matins

porte-plume

Aujourd’hui c’est samedi, et aujourd’hui encore j’ai pris un peu de temps pour écrire dans le cadre du défi 365 matins proposé par matins_bleus : chaque jour, un sujet proposé, un texte à écrire si l’on est inspiré.

Le sujet du jour, 21 janvier, « Demain »

Elle m’a donné rendez-vous demain, dans le jardin public qui jouxte la maison de retraite. Un sms laconique, reçu à l’instant : Venez seule demain à 10h, dans le parc de la rue Ste Anne. J’ai beaucoup de choses à vous dire. Emilie

Ce message reçu d’une inconnue -est-ce bien une inconnue ? comment a-t-elle obtenu mon numéro ?- me met dans un état que j’aurais du mal à définir : soulagement, crainte, curiosité et anxiété, tout se mêle et m’envahit. Une chose est sûre, je vais me rendre à ce rendez-vous.

La semaine dernière j’avais reçu un courrier étrange, signé de deux initiales, les mêmes que les miennes : E.D. E pour Emilie donc.

Une longue lettre imprimée dont je n’ai parlé à personne. Comme une biographie détaillée qui mentionnait beaucoup de choses personnelles et qui retraçait toute ma vie, de mes date et lieu de naissance à ma couleur préférée, en passant par mon cursus universitaire et mes habitudes alimentaires. Une liste factuelle et complète, sans commentaires, juste une phrase manuscrite ajoutée en haut de la première page : « tenez-vous prête, je vous contacterai bientôt ». Il y avait aussi une photo prise à la dérobée au marché.

Une angoisse sourde s’était installée en moi. Personne, ni ma mère, ni mon mari, ni mes amies les plus proches n’aurait été capable de dresser de ma vie si bien cloisonnée un tel tableau. Comme pour éclaircir l’énigme j’avais surligné les phrases qui faisaient écho à mes fêlures intimes, à ma naissance, à mes errances de jeunesse, à ces déménagements successifs et précipités, à ce mariage, précipité lui aussi, tant la nécessité de changer de nom était devenue impérieuse … Mais ces deux feuillets désormais couverts de jaune fluo étaient demeurés mystérieux et inquiétants.

Et maintenant ce sms, demain ce rendez-vous et ces questions qui se bousculent et se bousculeront toute la nuit dans ma tête. Demain, demain … Qui sait ce que ce demain qui n’en finit pas d’arriver me réserve ?

 

Demain c’est dimanche et si tout se passe bien

je vous montre mon nouveau châle ! A demain 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

No Stress

J’en ai remis un sur mes aiguilles. Un Genver.

J’aimais tellement celui qui était parti rejoindre Luciole que j’en voulais un pour moi.

Problème : plus que deux pelotes de ce bleu doucement mêlé de parme au lieu des trois nécessaires.

Solution : une autre pelote orpheline, même marque, même qualité, un duo de bleu et de rose.

p1040391gimp

Je décide donc que ces trois-là feront mon Genver à moi et je réfléchis à l’agencement des couleurs. Pas trop envie d’une alterrnance marquée de rose et de bleu, j’opte donc pour un méli-mélo. Un rang rose/2 rangs bleus, ce qui m’obligera à utiliser simultanément mes trois pelotes puisque le fil ne sera jamais du bon côté de l’ouvrage (cherche pas, j’ai réfléchis à fond, y’a pas moyen !)

Problème : les noeuds. J’ai bobiné mes pelotes car cette laine doucement duveteuse ne demande qu’à s’emmêler inextricablement, avec une pelote ça se gère, avec trois, je cours à la catastrophe !

p1040393gimp

Solution : manger une glace en vrac. T’as le droit de choisir le parfum, t’as le droit de te faire aider si tu trouves que 2 litres de glace c’est trop. Tout ce qu’il te faut en fait c’est le couvercle. Même pas obligé que ce soit de la glace d’ailleurs.

Et c’est parti pour un peu de bricolage.

Je découpe un morceau d’environ 12cm x 6 cm dans mon couvercle, j’arrondis les angles pour éviter d’accrocher mon ouvrage. Je fais trois entailles, terminée chacune par un trou (tu plantes la pointe d’une paire de ciseaux, tu tournes, tu limes le plastique qui dépasse à l’envers pour que la laine glisse bien). Voilà No Stress, un petit accessoire maison qui permet de tenir les fils éloignés les uns des autres.

p1040396gimp

Et hop ! Je n’irais pas jusqu’à prétendre que ça élimine complètement le problème et il faut quand même démêler de temps en temps, genre une fois à la fin de la soirée, ça reste supportable !

p1040395gimp

Allez, c’est parti pour quelques soirées tricot en toute sérénité 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Si c’était à refaire #365matins

porte-plume

Aujourd’hui j’ai posé mon en-cours et j’ai tricoté des mots.

C’est la faute de grâce à Luciole qui a fait la tentatrice. Elle participe au défi 365 matins proposé par matins_bleus : chaque jour, un sujet proposé, un texte à écrire si l’on est inspiré. Elle m’a donné envie de m’y mettre aussi, car j’aime lire ce qu’elle écrit. Bref.

Le sujet du jour, 14 janvier, « Si c’était à refaire »

La femme

Si c’était à refaire, je ne changerais pas grand-chose en somme. Quelques mots, pas tant que ça, quelques gestes, quelques choix.

Surtout pas le Grand Oui celui qui fait ma vie, non plus les 4 Petits, j’aime comme ils ont grandi.

Ce serait dans les détails, le poids du quotidien : faire place belle aux sourires, au soleil du matin ; chasser les mauvaises ondes, le stress, et les embruns.

La tricoteuse

Si c’était à refaire, je commencerais par un échantillon. Je le laverais, le bloquerais, le mesurerais soigneusement.

Je bobinerais mes écheveaux aussi, adieu les nœuds et les enchevêtrements.

Je lirais tout le patron du début à la fin, attentivement au lieu de me contenter de jeter un œil en diagonale.

Je mesurerais régulièrement, vérifierais constamment.

Je prendrais des notes.

J’installerais dans mon cerveau une alarme qui se déclencherait à chaque pensée suspecte : « c’est bizarre, j’ai pas le même nombre de mailles » ou « ça a l’air un peu étroit mais ça va sûrement se détendre » ou encore « le point ne fait pas comme sur la photo, il va sans doute se révéler au blocage ».

Mais on ne se refait pas -ou si peu- et me voilà obligée de défaire ce que j’ai mis des heures à tricoter, tant pis pour moi !

Le chat

Si c’était à refaire, je ne serais pas sorti ce matin. Vraiment il fait trop froid et trop humide aussi. J’ai les pattes mouillées et les moustaches gelées. Je serais resté tranquillement lové sur mon coussin préféré, celui qui est tout près du radiateur, ronronnant doucement et rêvant à l’été.

Le Créateur

Si c’était à refaire ? Il faudrait tout changer …

Tout d’abord cette espèce agressive et bornée,

Qui ne sait que détruire combattre et abîmer.

Si c’était à refaire je me ferais conteur,

Romancier ou poète, plutôt que Créateur

Et j’inonderais la Terre de mots plein de bonheur.

Et toi, si c’était à refaire ?

Sur ce, je retourne à mes aiguilles ! Bon week-end ! 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer