Un Sunny Wisp pour Noël

 

Est-il encore temps de présenter des ouvrages concoctés pour Noël ? On va dire que oui !

Les dernières semaines de décembre ne sont généralement pas très propices à la publication. D’abord il faut garder le secret, c’est primordial. Puis il faut tenir les délais, ça compte aussi, et je ne suis pas du genre à être prête des semaines à l’avance, et même pour être tout à fait exacte, je suis du genre à rajouter des trucs plus ou moins à la dernière minute et du coup je me retrouve … en retard ! Et enfin, on a beaucoup d’autres choses à gérer. Je présente donc mes ouvrages de décembre en janvier et j’assume !

Le Sunny Wisp de Lil Weasel, il me faisait de l’oeil depuis longtemps. Depuis que j’avais croisé son chemin dans le Passion Tricot de mars 2016. C’est une étole ajourée composée de chevrons et de jours en échelle. Les points sont simples et gracieux comme je les aime. Sa particularité réside dans le fait qu’on peut la porter de différentes manières grâce à une série de petits boutons cousus sur les côtés. Version écharpe, elle est assez longue pour l’enrouler 3 ou 4 fois autour de son cou. On peut en boutonnant ensemble les côtés opposés en faire un petit gilet sans manche. On peut également boutonner les extrémités et en faire un boléro à manches longues. Enfin, un boutonnage en diagonale en fera un joli petit poncho.

 

Bref, il m’est apparu comme le cadeau parfait pour une charmante demoiselle de ma connaissance et le projet fut mis en route le 2 décembre.

J’ai choisi de le réaliser en Angel de Bergère de France de couleur noire parce que c’était la couleur parfaite pour sa future propriétaire et parce que je l’avais en stock. Je l’ai tricoté en double aux aiguilles N°5, et je n’ai pas rencontré de problème dans la réalisation.

echarpewendy3

Alors, on ne va pas se mentir, le côté pénible de la chose c’est de coudre les 16 petits boutons (oui, oui 16, hyper pénible en fait !!!) nécessaires pour faire de cette jolie étole une étole transformable. J’ai même hésité pour tout dire mais j’ai tenu bon.

J’ai peu de photos, photographier du noir en hiver ça n’est pas super motivant, juste un petit aperçu, version gilet et version poncho.

 

 

J’ai complété ce cadeau fait maison d’un petit bonnet assorti et je n’ai pas de photo du tout 😀

Bonne semaine à vous !

Publicités

Rendez-vous boulet #janvier 2018

Janvier 2018 ! Déjà ! Je vous épargne toutes mes réflexions -pourtant pertinentes- sur le temps qui passe, ça ne nous rajeunit pas ma p’tite dame, la roue tourne, bla bla bla …

Je vais plutôt vous souhaiter à tou.te.s (petit essai d’écriture inclusive, pourquoi pas ?) une très belle année, pleine de projets, de rencontres, de bonnes nouvelles, de gâteaux au chocolat, d’apéros, c’est selon ce qui vous fait le plus plaisir !

Chez moi l’année commence comme elle s’est terminée :

en compagnie de mon boulet préféré.

Ce mois de décembre, pourtant bien long, a passé à la vitesse de l’éclair entre les préparatifs divers et variés, les ouvrages à terminer impérativement pour le 25, les courses dans la cohue, les heures passées sur internet à chercher le dernier cadeau puis les heures passées derrière la fenêtre à espérer le passage du livreur en se tordant les mains d’angoisse (non vraiment j’envie les gens qui savent tout anticiper), bref …

Pendant ce temps mon boulet a pu roupiller un peu, tranquille, pas oublié mais pas prioritaire. En plus il savait bien, le p’tit malin, qu’avant de le reprendre je devais choisir le sens de tricotage de ses manches et peut-être même m’adonner à de savants et longs calculs avant de pouvoir m’y mettre.

A peine le calme revenu après le passage du Père Noël, je m’y suis mise. J’ai relu vos avis, et suivant la majorité exprimée et ma propre préférence (ça tombait bien) j’ai choisi d’accorder les rayures de mes manches au reste de mon gilet : elles seront donc verticales. Une totale réécriture des explications s’imposait, schéma, mesures, règle de 3 et hop c’était parti !

Ma première manche monte doucement, j’en suis à un peu plus de la moitié, donc ça va. J’espère qu’elle ne sera pas trop longue, pas trop courte, pas trop large, mais pour l’emmanchure c’est bon, j’ai vérifié au fur et à mesure. Pas facile de photographier mon boulet, la manche se tortille dans tous les sens, mais j’ai quand même essayé, histoire de se faire une idée …

 

Allez, j’y retourne !

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # décembre 2017

Tel un cru de beaujolais nouveau un 3ème jeudi de novembre, mon boulet s’est débrouillé pour « sortir » en temps et en heure. Mon deuxième devant est tombé de mes aiguilles hier et c’est avec fierté que je l’exhibe devant vous aujourd’hui.

Alors soit, il ne ressemble à rien, lové sur lui-même, recroquevillé à l’extrême, roulottant de tous ses bords (et ne parlons même pas des photos prises à la va-vite …) mais il est bien fini et ça c’est chouette !

Il ne me reste dorénavant plus (!) qu’à lui tricoter deux manches assorties et le tour sera joué, fastoche ! A ce propos, j’hésite et je vous demande votre avis : les manches, je les tricote ordinairement de bas en haut ce qui me donnera des rayures horizontales contrastant avec celle du corps ou en travers pour obtenir des rayures verticales comme sur le reste du gilet ? Qu’en pensez-vous ?

Je ne m’attarde pas davantage, le mois de décembre est chargé pour tout le monde et j’ai quelques ouvrages urgents à finir, le boulet peut dormir sur ses 2 oreilles jusqu’aux fêtes, une belle sieste de fin d’année se profile pour lui (quel veinard !)

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Moi aussi j’ai un bandeau pour l’hiver :-D

L’autre jour, Kabri nous a montré sur son chouette blog, le joli headband qu’elle avait conçu et tricoté. Comme elle nous a donné le tuto pour le faire, ni une ni deux, j’ai décidé de m’en faire un aussi.

Une jolie pelote dénichée dans mon stock, des explications bien claires que je n’ai eu qu’à suivre à la lettre et en un rien de temps j’ai pu avoir mon bandeau.

 

Comme cette pelote avait 2 soeurs j’ai continué sur ma lancée et je me suis fait un snood assorti. Au crochet, tout en brides croisées, donc légèrement ajouré. Avec mes 2 pelotes j’ai obtenu un snood juste assez long pour faire 2 tours, c’est suffisant et ça lui donne un côté compact qui me permet de l’avoir au fond de mon sac au cas où le froid me surprendrait en route 😀

 

Comme ça, j’ai un joli ensemble, chaud et enveloppant que j’étais bien contente de porter ces jours derniers avec les températures en chute libre et le vent qui pique ! Merci Kabri !

 

Tuto du bandeau ici

Tuto du snood

A bientôt

Tout arrive ! (le tuto du boléro)

J’ai réalisé ce boléro deux fois, la première en bleu, la seconde en bordeaux.

Boléro bordeaux, laine biologique teinte à la main (L’écheveau Vert), patron maison, juin 2017

 

 

Luciegimp

Boléro bordeaux, laine biologique teinte à la main (L’écheveau Vert), patron maison, septembre 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je l’ai nommé « Frisson d’été » car je trouve qu’il réchauffe parfaitement une petite robe d’été lorsque la fraîcheur tombe mais il est top aussi avec un T-shirt et un jeans.

Aujourd’hui, comme promis et après des heures de travail acharné pour mettre mes notes au propre (Ok j’exagère) , je vous livre son tuto. C’est ici : Tuto Boléro Frisson d’été

C’est un boléro bien court, qui tombe juste au niveau de la taille avec des manches 3/4 (plus ou moins : le modèle bordeaux a des manches un peu plus courtes car j’ai tricoté un motif de moins en hauteur pour cause de pénurie de laine). Il ne ferme pas mais libre à vous de lui rajouter un bouton ou une broche.

Je l’ai tricoté en pure laine mais je suis sûre qu’il rendrait bien aussi dans un fil soyeux et brillant pour les fêtes par exemple ou dans un coton coloré, à vous de voir …

Le tuto ne comporte que la taille M, le modèle peut facilement s’adapter pour réaliser une taille S ou une taille L (désolée, j’ai eu la flemme), vous pourrez voir sur le merveilleux-schéma-maison-que-j’ai-fait si les mesures vous conviennent ou s’il vous faut faire des adaptations.

 

Bon tricot 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # novembre 2017

Ce mois-ci je n’ai pas seulement tricoté, crocheté, cousu, bricolé, j’ai également revu mes conjugaisons à fond, car j’ai conjugué en long en large et en travers le verbe bouleter. Pas la peine de chercher hein, je l’ai inventé ce verbe car j’en avais besoin, nécessité fait loi. Si je devais le définir je dirais :

bouleter (v.t.) : action de sortir son boulet et de tenter de le terminer.

Je l’ai donc inventé puis j’ai décidé -tout à fait arbitrairement- qu’il allait se conjuguer comme les verbes modeler ou crocheter qui contrairement aux verbes jeter ou appeler ne doublent par leur consonne (je jette, nous jetons) mais prennent un accent grave (je crochète, nous crochetons) …. ça suit derrrière ? Je vois des regards effarés, aurait-on malencontreusement oublié ces petites finesses ? Pas de souci ça va revenir !

Alors, au début du mois, joyeuse d’avoir bien avancé mon boulet pendant les derniers mois, je me suis gargarisée des temps du passé. Le passé composé : le mois dernier j’ai bien bouleté ; l’imparfait : chaque fois que je le pouvais je bouletais ; le plus-que-parfait : en quelques jours j’avais bouleté 23 cm ; le passé simple : tout l’été, jour après jour je bouletai ; le futur antérieur, (qui se souvient encore de lui) : décidément j’aurai bouleté avec acharnement !

Pleine de courage en début de mois j’ai revu le présent de l’indicatif : je boulète, je boulète, ça avançait plutôt pas mal. Puis d’autres projets se sont intercalés et il a fallu changer de temps. Insidieusement le futur simple et le conditionnel présent se sont invités, semant la confusion avec leurs airs de faux-jumeaux je boulèterai ou je boulèterais ? Quand j’aurai le temps je boulèterai ou si j’avais le temps je boulèterais ? Voilà une conjugaison qui entretient le doute et favorise l’atermoiement, le boulet commençait à s’enterrer.

Alors aux grands maux les grands remèdes, j’ai dégainé l’impératif présent (au risque de faire grincer des dents je l’affirme ici haut et fort, l’impératif passé ne sert à rien, à quoi bon me dire « aie bouleté » ?) : Boulète donc ! m’intimais-je à moi-même.

Parfois cela fonctionnait et je reprenais au présent de l’indicatif : je boulète, je boulète, je boulète …

Et parfois cela ne fonctionnait pas du tout ! Alors, dans mes nuits sans sommeil, rongée par la culpabilité et les remords, je conjuguais en vrac le conditionnel passé : j’aurais bouleté (si seulement j’avais été raisonnable) ; et les cruels temps du subjonctif : il faut que je boulète ! que n’aie-je bouleté ? il eût vraiment fallu que je bouletasse, bref, il était impardonnable que je n’eusse bouleté !

Le mois a passé de la sorte, bouletant (participe présent) certains jours, ne bouletant pas d’autres …

J’ai ainsi fini mon premier devant, épinglé temporairement au dos pour les besoins de la photo. Je trouve ça très encourageant.

Qu’en pensez-vous ? Ai-je assez bien bouleté ?

 

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La main verte

J’ai enfin trouvé les 10 minutes nécessaires pour finir un petit projet laissé à l’abandon. Il figurait sur mon interminable liste du printemps dernier et je l’avais honteusement laissé de côté …

Alors voilà : j’avais reçu en cadeau il y a fort longtemps une mini-serre garnie de quelques cactus. Les pauvres chéris étaient tombés dans la mauvaise maison, un peu comme le Petit Poucet et ses frères qui se réfugient dans la maison de l’ogre. Soyons clairs, je ne mange pas les cactus -végétarienne, mais pas à ce point- mais ils n’ont pratiquement aucune chance de survivre chez moi, donc ils vécurent heureux et eurent beaucoup de petits cactus décédèrent rapidement.

Mais chez nous, on ne jette pas les cadeaux, la mini-serre et ses cadavres de cactus croupissait dans un coin:

IMG_20170924_175902698gimp

J’ai vidé/nettoyé la mini-serre. J’ai remis du sable coloré en alternant délicatement les couches et j’ai crocheté une succulente et un petit cactus. Il ne me restait qu’à disposer quelques petits cailloux et hop !

Ils sont bien installés mes increvables, c’est pas grand-chose mais je suis contente du rendu !

P1040732gimp

P1040733gimp

Tuto de la succulente ici, tuto du cactus si ça vous intéresse.

 

A bientôt 🙂

Que sont-ils devenus ? #le pantalon 7/8

Nouvelle rubrique sur le blog, « Que sont-ils devenus ? » est un petit coup de projecteur sur une réalisation présentée ici il y a quelques temps. L’occasion de faire un petit bilan : l’ouvrage est-il très apprécié ou reste-t-il au placard, facile à porter ou difficile à (as)sortir, la matière première résiste-t-elle aux outrages du temps et de la machine à laver … ? De temps en temps, au gré de mes envies, je vous expliquerai par le menu ce qu’ils sont devenus. Faites-en autant si le coeur vous en dit 😉

Aujourd’hui, pour inaugurer la rubrique, je vous reparle de mon pantalon 7/8. Réalisé en avril dernier il a été beaucoup porté. La coupe me convient, surtout parce que j’ai bien remonté la taille (je déteste les pantalons qui glissent des hanches) et parce que la fermeture sur le côté évite les sur-épaisseurs disgracieuses sous les T-shirts fluides.

SAMSUNG

Un petit basique idéal d’avril à octobre

Côté coupe, rien à redire donc. Côté tissu, un jean gris avec un tout petit peu de strech acheté en magasin près de chez moi, en revanche …

Alors déjà j’ai eu la bonne idée de faire une tache indélébile, genre le premier jour quoi ! Bon c’est une tache professionnelle, j’ai donc décidé que ça ne m’empêcherait pas de le porter au boulot, oui j’ai une logique bien à moi !

P1040720gimp

La peinture rose : tout à fait indélébile !

Je l’ai donc porté et reporté, lavé, séché -éventuellement au soleil-  et rapidement ça a posé problème. La couleur a viré, regardez

P1040724gimp

L’effet dégradé ne doit rien à la luminosité ambiante

 

P1040722gimp

Non seulement le tissu a passé mais il l’a fait de manière très inégale (à gauche on dirait une tache mais non !)

P1040725gimp

Avec le reste du coupon stocké à l’abri de la lumière, on voit bien les différentes nuances !

Je suis du genre à aimer que mes vêtements durent davantage qu’une saison, alors je suis plutôt déçue. Peut-être que je pourrais tenter une teinture mais j’ai bien peur que ça ne couvre pas vraiment les différences de ton. Ce qui m’embête aussi, c’est que j’avais acheté un coupon du même tissu en noir pour coudre une version longue et franchement, j’ai du mal à me motiver maintenant que j’ai vu la mauvaise tenue dans le temps.

Voilà, voilà !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

 

Rendez-vous boulet # octobre 2017

Previously in Rendez-vous boulet …

 « Il mesure environ 35 cm à l’heure actuelle c’est-à-dire qu’il n’est qu’un 3/4 de dos, pas fameux ! »

 

J’ai continué sur ma lancée et arrivée à 38cm soit au moment de faire mon 2ème « pli », j’ai constaté que je m’étais trompée dans ma prise de mesure (je mesurais depuis le décrochage de l’emmanchure au lieu de mesurer depuis le bord, la tanche !!!).

Vous me connaissez bien maintenant, je me suis d’abord dit que ça allait sans doute le faire, ça ferait une petite disymétrie, pas bien grave et j’ai continué. Que voulez-vous je suis comme ça, j’ai besoin d’un temps de latence. J’ai tricoté mon pli, j’ai mesuré, remesuré, plié mon ouvrage en 2, tiré dessus pour aligner ce qui aurait dû l’être et j’ai détricoté évidemment ! Pour retomber à 21cm 😀

Boulet un jour, boulet toujours, et je ne parle pas que du gilet !

Pas découragée, je continue à avancer mon boulet et je suis actuellement à quelques rangs de la fin de mon dos … Je vous montre et j’y retourne !

P1040718gimp

Boulet endormi

 

P1040719gimp

Boulet réveillé qui s’étire

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et on se retrouve le lundi 13 novembre

pour un nouveau Rendez-vous des boulets 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le sac à pain 2.0 et son tuto

Chose promise, chose dûe, après mon test de sac à pain, je vous présente aujourd’hui la version 2 : un sac réalisé dans des tissus plus adaptés. Un peu plus épais ces tissus donnent un sac qui se tient mieux et côté couleur/motifs on est franchement dans l’esprit cuisine de campagne ; mais surtout un sac entièrement réversible et ça, en plus d’être joli,  c’est drôlement pratique. Genre  si tu éclabousses de la sauce tomate partout quand tu fais le service, ben t’es pas obligée de laver ton sac, tu peux le retourner … malin 😀

 

P1040670gimp

Je reprends  le schéma que j’ai tracé pour mon test puisque les mesures me conviennent. Elles sont évidemment à adapter en fonction de la taille souhaitée. Avec une largeur de 35 cm de tissu on obtiendra au final un sac avec un fond plat d’environ 22×11 cm.

patron sac à pain

Étape 1 : couper les 2 tissus en double selon le patron ci-dessus.

P1040672gimp

 

Étape 2 : Tracer un bel arrondi en haut de la pointe et couper selon le tracé.

 

Étape 3 : (à réaliser 1x pour le tissu à carreaux et 1x pour le tissu à points) assembler les côtés et le fond du sac endroit contre endroit. Laisser une ouverture (5 à 8 cm) sur l’un des deux sacs pour pouvoir ultérieurement retourner le tout. Pour une discrétion maximum, j’ai choisi de laisser cette ouverture sur un côté du sac à carreaux.

 

Étape 4 : (à réaliser 1x pour le tissu à carreaux et 1X pour le tissu à points) former le fond du sac. Comme pour un tote-bag, on fait coïncider la couture du côté et du fond à partir de l’angle inférieur droit, on épingle et on trace une ligne de couture à 5cm de la pointe ainsi formée. Procéder de la même façon à gauche.

Coudre sur la ligne de couture précédemment tracée, couper l’excédent (pas fait sur la photo ci-dessous)

P1040677gimp

A ce stade, vous obtenez deux sacs distincts et semblables en tous points à ceci près que l’un des deux comporte une ouverture sur un côté.

P1040678gimp

 

Étape 5 : emboîter les 2 sacs l’un dans l’autre, endroit contre endroit, (c’est-à-dire qu’on rentre un sac à l’envers dans un sac à l’endroit) en faisant soigneusement coïncider la pointe du haut.

 

Étape 6 : épingler et piquer ensemble le haut des 2 sacs en une fois en faisant tout le tour de l’ouverture.

J’en profite pour partager une trouvaille faite sur Rascol (j’ai pas d’actions dans la maison hein !) : ces petites pinces sont des range-canettes, plus de canettes qui se déroulent et s’emmêlent dans la boîte à couture, un vrai bonheur.

A la fin de cette étape, si on déplie l’ouvrage, on obtient ce « truc » à la forme improbable :

P1040683gimp

 

Étape 7 : retourner l’intégralité du double-sac par l’ouverture laissée dans l’un des sacs. C’est à ce moment que tu te souviens que tu as trouvé malin de laisser une petite ouverture, ce sera plus discret et ce sera moins long à fermer à petits points à la main, mais tu transpires parce que tu te demandes si ça va passer tout ce tissu dans cette si petite ouverture 😀

P1040684gimp

Voilà le sac une fois retourné.

P1040685gimp

Étape 8 : fermer l’ouverture à petits points (c’est là que tu te dis que finalement tu es contente qu’elle soit petite !)

P1040686gimp

Étape 9 : mettre en place le sac, on peut fixer le fond par un ou 2 petits points pour éviter qu’il ne se déplie, choisir le côté qu’on préfère

Étape facultative : on peut surpiquer les bords supérieurs, ce serait sûrement très joli mais moi j’ai eu la fleeeeeemme !

Je suis contente de cette version plus élaborée. Le sac est parfait pour conserver le pain mais aussi pour le présenter à table puisqu’il reste bien ouvert, il reste facile à ouvrir et à fermer malgré la double épaisseur de tissu, niveau forme et  dimensions c’est parfait pour la grosse boule de mon boulanger 😀

 

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer