Tout arrive ! (le tuto du boléro)

J’ai réalisé ce boléro deux fois, la première en bleu, la seconde en bordeaux.

Boléro bordeaux, laine biologique teinte à la main (L’écheveau Vert), patron maison, juin 2017

 

 

Luciegimp

Boléro bordeaux, laine biologique teinte à la main (L’écheveau Vert), patron maison, septembre 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je l’ai nommé « Frisson d’été » car je trouve qu’il réchauffe parfaitement une petite robe d’été lorsque la fraîcheur tombe mais il est top aussi avec un T-shirt et un jeans.

Aujourd’hui, comme promis et après des heures de travail acharné pour mettre mes notes au propre (Ok j’exagère) , je vous livre son tuto. C’est ici : Tuto Boléro Frisson d’été

C’est un boléro bien court, qui tombe juste au niveau de la taille avec des manches 3/4 (plus ou moins : le modèle bordeaux a des manches un peu plus courtes car j’ai tricoté un motif de moins en hauteur pour cause de pénurie de laine). Il ne ferme pas mais libre à vous de lui rajouter un bouton ou une broche.

Je l’ai tricoté en pure laine mais je suis sûre qu’il rendrait bien aussi dans un fil soyeux et brillant pour les fêtes par exemple ou dans un coton coloré, à vous de voir …

Le tuto ne comporte que la taille M, le modèle peut facilement s’adapter pour réaliser une taille S ou une taille L (désolée, j’ai eu la flemme), vous pourrez voir sur le merveilleux-schéma-maison-que-j’ai-fait si les mesures vous conviennent ou s’il vous faut faire des adaptations.

 

Bon tricot 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Rendez-vous boulet # novembre 2017

Ce mois-ci je n’ai pas seulement tricoté, crocheté, cousu, bricolé, j’ai également revu mes conjugaisons à fond, car j’ai conjugué en long en large et en travers le verbe bouleter. Pas la peine de chercher hein, je l’ai inventé ce verbe car j’en avais besoin, nécessité fait loi. Si je devais le définir je dirais :

bouleter (v.t.) : action de sortir son boulet et de tenter de le terminer.

Je l’ai donc inventé puis j’ai décidé -tout à fait arbitrairement- qu’il allait se conjuguer comme les verbes modeler ou crocheter qui contrairement aux verbes jeter ou appeler ne doublent par leur consonne (je jette, nous jetons) mais prennent un accent grave (je crochète, nous crochetons) …. ça suit derrrière ? Je vois des regards effarés, aurait-on malencontreusement oublié ces petites finesses ? Pas de souci ça va revenir !

Alors, au début du mois, joyeuse d’avoir bien avancé mon boulet pendant les derniers mois, je me suis gargarisée des temps du passé. Le passé composé : le mois dernier j’ai bien bouleté ; l’imparfait : chaque fois que je le pouvais je bouletais ; le plus-que-parfait : en quelques jours j’avais bouleté 23 cm ; le passé simple : tout l’été, jour après jour je bouletai ; le futur antérieur, (qui se souvient encore de lui) : décidément j’aurai bouleté avec acharnement !

Pleine de courage en début de mois j’ai revu le présent de l’indicatif : je boulète, je boulète, ça avançait plutôt pas mal. Puis d’autres projets se sont intercalés et il a fallu changer de temps. Insidieusement le futur simple et le conditionnel présent se sont invités, semant la confusion avec leurs airs de faux-jumeaux je boulèterai ou je boulèterais ? Quand j’aurai le temps je boulèterai ou si j’avais le temps je boulèterais ? Voilà une conjugaison qui entretient le doute et favorise l’atermoiement, le boulet commençait à s’enterrer.

Alors aux grands maux les grands remèdes, j’ai dégainé l’impératif présent (au risque de faire grincer des dents je l’affirme ici haut et fort, l’impératif passé ne sert à rien, à quoi bon me dire « aie bouleté » ?) : Boulète donc ! m’intimais-je à moi-même.

Parfois cela fonctionnait et je reprenais au présent de l’indicatif : je boulète, je boulète, je boulète …

Et parfois cela ne fonctionnait pas du tout ! Alors, dans mes nuits sans sommeil, rongée par la culpabilité et les remords, je conjuguais en vrac le conditionnel passé : j’aurais bouleté (si seulement j’avais été raisonnable) ; et les cruels temps du subjonctif : il faut que je boulète ! que n’aie-je bouleté ? il eût vraiment fallu que je bouletasse, bref, il était impardonnable que je n’eusse bouleté !

Le mois a passé de la sorte, bouletant (participe présent) certains jours, ne bouletant pas d’autres …

J’ai ainsi fini mon premier devant, épinglé temporairement au dos pour les besoins de la photo. Je trouve ça très encourageant.

Qu’en pensez-vous ? Ai-je assez bien bouleté ?

 

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La main verte

J’ai enfin trouvé les 10 minutes nécessaires pour finir un petit projet laissé à l’abandon. Il figurait sur mon interminable liste du printemps dernier et je l’avais honteusement laissé de côté …

Alors voilà : j’avais reçu en cadeau il y a fort longtemps une mini-serre garnie de quelques cactus. Les pauvres chéris étaient tombés dans la mauvaise maison, un peu comme le Petit Poucet et ses frères qui se réfugient dans la maison de l’ogre. Soyons clairs, je ne mange pas les cactus -végétarienne, mais pas à ce point- mais ils n’ont pratiquement aucune chance de survivre chez moi, donc ils vécurent heureux et eurent beaucoup de petits cactus décédèrent rapidement.

Mais chez nous, on ne jette pas les cadeaux, la mini-serre et ses cadavres de cactus croupissait dans un coin:

IMG_20170924_175902698gimp

J’ai vidé/nettoyé la mini-serre. J’ai remis du sable coloré en alternant délicatement les couches et j’ai crocheté une succulente et un petit cactus. Il ne me restait qu’à disposer quelques petits cailloux et hop !

Ils sont bien installés mes increvables, c’est pas grand-chose mais je suis contente du rendu !

P1040732gimp

P1040733gimp

Tuto de la succulente ici, tuto du cactus si ça vous intéresse.

 

A bientôt 🙂