Le zèbre, le chat et les pandas (#DéfiJePeuxPasJaiCouture)

Fabliau animalier illustré de photographies prises sur le vif.

Il était une fois un zèbre qui était bien content de sa tenue de camouflage. Quand il était dans le jardin, les oiseaux ne le voyaient pas et voletaient sans crainte autour de lui, il en était ravi. A l’intérieur il faisait incognito de longues siestes sur le canapé, ne s’éveillant de temps en temps que pour se repaître de concassés de graines et de jus d’herbe à s’en faire péter la panse. La belle vie !

La joie du zèbre repu est visible à l’oeil nu

Un jour qu’il rêvassait en digérant, une petite voix le tira de son demi-sommeil : « tu te crois invisible mais tu te trompes, je te vois ! Toi par contre tu ne me vois pas car je suis invisible et ça c’est chouette !

-Qui es-tu ?, demanda le zèbre interloqué.

-Je suis le chat invisible, ça t’en bouche un coin hein ! »

Parfois, le chat invisible se laisse voir

Et en effet, le zèbre à qui ça en bouchait un coin, ne trouva rien à répondre à ça et retourna à ses occupations favorites. (cf. ci-dessus : concassés de graines et jus d’herbe, sieste, jus d’herbe et concassés de graines …)

L’histoire se serait arrêtée là s’il n’y avait pas eu dans le coin une bande de pandas taquins qui avaient pour fâcheuse habitude de se mêler de tout et particulièrement de ce qui ne les regardait pas.

Pas facile d’immortaliser les pandas taquins

L’un d’eux s’écria :  » Il est bêta ce chat (oui les pandas sont plutôt mal élevés, on ne le sait pas assez), on ne le voit pas mais il laisse des traces de pattes partout ! » Tous ses congénères s’exclaffèrent en répétant à l’envi « Il est bêta ce chat ! Ah quel bêta (non mais je vous l’avais dit, une bande de mal élevés !) » faisant un vacarme épouvantable !

Le zèbre, dérangé par le bruit, alla s’installer plus loin.

Le chat invisible, vexé, quitta lui aussi la contrée et on ne le revit jamais, pas plus que ses traces de pattes d’ailleurs.

La morale de cette histoire est bien trop évidente pour que je vous fasse l’injure de vous la révéler, vous l’avez comprise vous-même et je vous laisse la méditer !

 

3 grenouillères à capuche, dont 2 avec pieds réalisées en décembre/janvier pour être offertes à Noël ou un peu plus tard, selon le même patron que celle-ci et celle-là. Patron Kwick Sew, polaire doudou pattes de chat et zèbre de Self-tissus,  jersey Minkie imprimé pandas du Chien Vert.

Sincères remerciements à Bébé, ma surjeteuse et à mon aspirateur ; sans leur soutien rien n’aurait été possible.

 

Avec ces grenouillères je participe au défi Je Peux Pas J’ai Couture de ClRsapi du blog entre Veille et Sérendipité, qui a renouvelé pour l’année 2018 ce chouette défi couture : 1 mois, 1 vêtement. Vous trouverez tous les détails sur son blog (ici)

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

Publicités

Un Sunny Wisp pour Noël

 

Est-il encore temps de présenter des ouvrages concoctés pour Noël ? On va dire que oui !

Les dernières semaines de décembre ne sont généralement pas très propices à la publication. D’abord il faut garder le secret, c’est primordial. Puis il faut tenir les délais, ça compte aussi, et je ne suis pas du genre à être prête des semaines à l’avance, et même pour être tout à fait exacte, je suis du genre à rajouter des trucs plus ou moins à la dernière minute et du coup je me retrouve … en retard ! Et enfin, on a beaucoup d’autres choses à gérer. Je présente donc mes ouvrages de décembre en janvier et j’assume !

Le Sunny Wisp de Lil Weasel, il me faisait de l’oeil depuis longtemps. Depuis que j’avais croisé son chemin dans le Passion Tricot de mars 2016. C’est une étole ajourée composée de chevrons et de jours en échelle. Les points sont simples et gracieux comme je les aime. Sa particularité réside dans le fait qu’on peut la porter de différentes manières grâce à une série de petits boutons cousus sur les côtés. Version écharpe, elle est assez longue pour l’enrouler 3 ou 4 fois autour de son cou. On peut en boutonnant ensemble les côtés opposés en faire un petit gilet sans manche. On peut également boutonner les extrémités et en faire un boléro à manches longues. Enfin, un boutonnage en diagonale en fera un joli petit poncho.

 

Bref, il m’est apparu comme le cadeau parfait pour une charmante demoiselle de ma connaissance et le projet fut mis en route le 2 décembre.

J’ai choisi de le réaliser en Angel de Bergère de France de couleur noire parce que c’était la couleur parfaite pour sa future propriétaire et parce que je l’avais en stock. Je l’ai tricoté en double aux aiguilles N°5, et je n’ai pas rencontré de problème dans la réalisation.

echarpewendy3

Alors, on ne va pas se mentir, le côté pénible de la chose c’est de coudre les 16 petits boutons (oui, oui 16, hyper pénible en fait !!!) nécessaires pour faire de cette jolie étole une étole transformable. J’ai même hésité pour tout dire mais j’ai tenu bon.

J’ai peu de photos, photographier du noir en hiver ça n’est pas super motivant, juste un petit aperçu, version gilet et version poncho.

 

 

J’ai complété ce cadeau fait maison d’un petit bonnet assorti et je n’ai pas de photo du tout 😀

Bonne semaine à vous !

Rendez-vous boulet #janvier 2018

Janvier 2018 ! Déjà ! Je vous épargne toutes mes réflexions -pourtant pertinentes- sur le temps qui passe, ça ne nous rajeunit pas ma p’tite dame, la roue tourne, bla bla bla …

Je vais plutôt vous souhaiter à tou.te.s (petit essai d’écriture inclusive, pourquoi pas ?) une très belle année, pleine de projets, de rencontres, de bonnes nouvelles, de gâteaux au chocolat, d’apéros, c’est selon ce qui vous fait le plus plaisir !

Chez moi l’année commence comme elle s’est terminée :

en compagnie de mon boulet préféré.

Ce mois de décembre, pourtant bien long, a passé à la vitesse de l’éclair entre les préparatifs divers et variés, les ouvrages à terminer impérativement pour le 25, les courses dans la cohue, les heures passées sur internet à chercher le dernier cadeau puis les heures passées derrière la fenêtre à espérer le passage du livreur en se tordant les mains d’angoisse (non vraiment j’envie les gens qui savent tout anticiper), bref …

Pendant ce temps mon boulet a pu roupiller un peu, tranquille, pas oublié mais pas prioritaire. En plus il savait bien, le p’tit malin, qu’avant de le reprendre je devais choisir le sens de tricotage de ses manches et peut-être même m’adonner à de savants et longs calculs avant de pouvoir m’y mettre.

A peine le calme revenu après le passage du Père Noël, je m’y suis mise. J’ai relu vos avis, et suivant la majorité exprimée et ma propre préférence (ça tombait bien) j’ai choisi d’accorder les rayures de mes manches au reste de mon gilet : elles seront donc verticales. Une totale réécriture des explications s’imposait, schéma, mesures, règle de 3 et hop c’était parti !

Ma première manche monte doucement, j’en suis à un peu plus de la moitié, donc ça va. J’espère qu’elle ne sera pas trop longue, pas trop courte, pas trop large, mais pour l’emmanchure c’est bon, j’ai vérifié au fur et à mesure. Pas facile de photographier mon boulet, la manche se tortille dans tous les sens, mais j’ai quand même essayé, histoire de se faire une idée …

 

Allez, j’y retourne !

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer