Top top #DéfiJePeuxPasJaiCouture

En ce joli et chaud mois de juin il m’a pris l’envie de faire du hors-piste hors-liste. Forcément il n’y avait point d’en-cours couture dans ma liste et je me devais de coudre ce mois-ci car j’essaie de me tenir au moins un mois sur 2 au désormais célèbre rendez-vous :dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

C’est ClRsapi du blog du blog entre veille et sérendipité, qui nous a proposé pour l’année 2017, ce chouette défi couture : 1 mois, 1 vêtement. J’ai répondu présente mais à mon rythme à moi 😉 Vous trouverez tous les détails sur son blog (ici)

Avec les beaux jours, on a envie de petits hauts simples mais pratiques à assortir sans souci et j’avais acheté en prévision ce coupon de cotonnade légère et étoilée.

 

J’ai ressorti cet ouvrage de couture dans lequel j’avais déjà pas mal pioché (une robe à bretelles, une autre robe à bretelles, une robe trapèze, un pyjama pour homme ) et j’ai jeté mon dévolu sur la « robe tunique simple mais efficace ».

En effet le modèle est tout simple, un devant, un dos (les manches étant dans le prolongement) et très vite assemblé, tout à fait ce dont j’avais envie.

Je l’ai coupée en version courte, et sa forme légèrement évasée est parfaite. J’ai creusé l’encolure (je n’aime pas que mes vêtements m’étranglent :-D)

et je l’ai finie avec un biais contrastant mais néanmoins assorti. J’ai fait la même chose au bas des manches, c’est joli si je fais des revers.

Pour le bas un ourlet tout simple et hop !

Une déception tout de même au niveau des manches qui manquent légèrement d’ampleur, il s’en est fallu de peu que mes bras ne rentrent pas dedans (trop de muscu …). J’avais bien vérifié les mesures avant de me lancer … sauf les manches ! J’y penserai la prochaine fois.

Voilà, voilà, je retourne à ma liste car le mois de juin tire à sa fin, faut que je me dépêche !

Bonne semaine 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et de 2 ! #DéfiJePeuxPasJaiCouture

Je continue avec ma liste d’en-cours de laissés-en-plan …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter.

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter.

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés.

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

et je rajoute les oubliés :

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ?

-une veste enfant au crochet, plus qu’une manche et les finitions

-une jupe ratée

Je vous montre donc mon petit pantacourt vite fait avant d’aller remplir mon devoir …

Je voulais un pantacourt, facile à porter au quotidien, qui aille avec tout ou presque, qui ne fasse pas de surépaisseur sous les T-shirts fluides, plutôt près du corps et surtout surtout taille haute ! Je n’ai toujours pas compris cet engouement des tailles basses, question de génération sans doute …

J’ai donc choisi un jean gris pas trop léger et avec un peu d’élastahanne et un patron basique trouvé dans un magazine simplicity, celui dans lequel j’avais trouvé ma robe rouge. Il n’aura ni poches, ni braguette pas même de ceinture rapportée, mais juste une fermeture sur le côté. Des pinces devant et dos lui donneront sa forme.

Alors en couture (en tricot aussi quand j’y pense) j’ai un souci : la crainte que ce soit trop court, trop petit, donc j’ai tendance à laisser des marges, beaucoup de marge !

Au premier essayage, mon pantacourt était bien trop large, aux cuisses, aux genoux, aux mollets, il a fallu retoucher ça tout de suite et rien de plus simple ! Il suffit d’enfiler le pantacourt à l’envers et d’épingler sur soi (Aïe, ça pique !!!). Ensuite tu l’enlèves (Aïe aïe aïe) et t’as plus qu’a piquer au bon endroit.

Puis il a fallu retoucher la taille parce que ce pantacourt je le voulais taille haute, mais quand même pas sous les bras (quoique !). J’ai enlevé le minimum nécessaire et il est comme j’aime, bien à sa place, j’adore !!!

En bas, pareil, j’avais prévu large et j’ai laissé. C’est comme ça que mon pantacourt est devenu un 7/8, ça tombe bien c’est la mode !

Il est parfait pour la saison et il ira parfaitement avec mon petit pull en coton quand il sera fini.

Il est parfait également pour ma participation du mois d’avril au Défi Je peux pas j’ai couture organisé par ClRsapi du blog entre veille et sérendipité, (tous les détails  ici)

Vous n’aurez que des photos à plat, pas la peine de couiner, j’ai déjà fait un bel effort le week-end dernier 😉

 

Bon dimanche !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Des ronds des ronds petit pataton (DDF2017#2)

En me promenant l’autre jour sur le blog de Mademoiselle K (ici), j’ai vu ceux qu’elle avait cousus. Elle les avait elle-même vus chez Mum à contre courant (). Et j’ai tout de suite aimé cette idée esthético-écolo-maline :  des « couvercles » en tissu qui pouvaient remplacer le papier alu ou le film étirable.  Un reste à ranger au frigo ? une pâte à pain à faire lever ? Une part de gâteau à porter chez Mamie ? Hop un couvercle adaptable, lavable, réutilisable et en plus tu peux l’assortir à la déco de ta cuisine !

J’ai décidé d’en coudre une série sur le champ et j’ai sorti pour l’occasion un tissu de récup’ qui me semblait tout à fait approprié : un tissu avec des ronds ! C’est ultra facile à faire : un disque de tissu d’environ 5cm de plus que le récipient appelé à le recevoir, de l’élastique, du biais (ou pas, rien n’interdit de piquer un ourlet dans lequel l’élastique coulissera …) et c’est parti.

 

J’en ai fait un grand pour un saladier …

p1040446gimp

… un tout petit pour un ramequin …

p1040447gimp

Si je les mets côte à côte, on voit mieux l’échelle. Et je tiens à préciser que le grand modèle fait une charlotte très élégante, oh zut, je n’ai pas de photo !!!

p1040448gimp

J’en ai d’autres en prévision (saladier bis, assiette creuse, bol), mais là tout de suite, j’ai des cahiers à corriger, alors je vais être raisonnable et sortir mon crayon rouge.

p1040444gimp

Ceci est ma participation aux Défis du fil de février 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

Le thème ? Rond ! 😀

badge_les_dc3a9fis_du_fil

A bientôt !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Du rouge pour changer un peu #DéfiJePeuxPasJaiCouture

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

ClRsapi du blog du blog entre veille et sérendipité, nous a proposé pour l’année 2017, un chouette défi couture : 1 mois, 1 vêtement. J’ai répondu présente et on verra bien si j’arrive à tenir le rytme (mais je suis sereine parce qu’il paraît qu’on ne se fera pas gronder si on déclare forfait certains mois). Vous trouverez tous les détails sur son blog (ici)

J’avais dans mon stock un coupon de jersey rouge dont j’avais prévu de faire un T-shirt basique. Un tissu très très élastique, lourd fluide et glissant, que j’avais finalement laissé de côté parce qu’il me paraissait imposible à travailler à la MAC (oui j’aurais pu y penser avant de l’acheter … comment résister à l’appel du coupon soldé ?) Mais maintenant j’ai une surjeteuse, je la maîtrise à peu près et il me semblait qu’il était temps de m’attaquer à ce coupon effrayant. J’en ai assez rêvé de cette surjeteuse, ce n’est pas pour continuer à fuir les jerseys qui glissent !

Modèle maison, tout simple, encolure danseuse bien dégagée, manches courtes (je voulais des manches longues mais je n’avais pas assez de tissu) et voilà, le printemps peut venir je suis prête !

p1040440gimp

Aucun problème pour l’assemblage, ni pour la pose de la bande d’encolure rapportée et franchement je pensais que c’était gagné. Quand il ne reste plus qu’à ourler un vêtement, on a tendance à se dire que le plus gros est fait. Mais c’était faire abstraction de la mauvaise volonté de mon tissu :  impossible à marquer au fer, difficile à épingler, se déformant et s’étirant sous le pied-de-biche …grrrr. J’ai essayé différentes techniques mais rien n’était propre.

Alors j’ai sorti mon pied pour ourlet invisible tout neuf et, après quelques essais sur des chutes, je me suis lancée dans l’aventure. Ce n’est pas parfait mais ça va si on accepte l’idée que mes ourlets invisibles ne le sont pas 😉 J’ai dû piquer trop loin dans le pli du tissu, je ferai mieux la prochaine fois (ou pas). En plus l’ourlet du bas n’est pas très régulier. Mais Chéri a dit que ça valait largement les finitions du commerce et j’ai décidé de le prendre comme un compliment  😀

p1040442gimp

Au final il me plaît bien ce T-shirt, il est confortable, l’encolure est vraiment sympa et ce tissu lourd et fluide lui donne un joli tombé.

p1040443gimp

Contrat rempli pour février, c’était chaud ! Qui est-ce qui m’a fait des mois de 28 jours, non mais ?!

Bonne semaine 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Jupe bis #DéfiJePeuxPasJaiCouture

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

ClRsapi du blog du blog entre veille et sérendipité, nous a proposé pour l’année 2017, un chouette défi couture : 1 mois, 1 vêtement. J’ai répondu présente et on verra bien si j’arrive à tenir le rytme (mais je suis sereine parce qu’il paraît qu’on ne se fera pas gronder si on déclare forfait certains mois). Vous trouverez tous les détails sur son blog (ici)

Pour le premier mois de l’année, je n’ai pas pris de risque et j’ai réédité le modèle simplissime de jupe que j’avais déjà cousu pour ma maman (ici). Il me fallait un tissu chaud, léger, souple et doux, alors j’ai opté pour un jersey un peu lourd, légèrement chiné. Une petite couture rapide (moins de 2 heures) et sans souci.

p1040382gimp

p1040383gimp

J’ai changé le sens du tissu pour l’indispensable poche, comme ça elle est plus visible et maman ne me dira pas qu’elle ne la trouve pas 😉

Il n’y a pas eu de shooting et il n’y aura pas de photo portée car maman ne se sent pas l’âme d’un top-model  😀

 

 

Voilà j’ai rempli mon contrat pour janvier,c’est un bon début 😉

Trouvaille

C’était un dimanche d’hiver. Un court trajet sur une petite route sinueuse et embrumée, le regard qui court au-delà des champs dans l’espoir d’apercevoir chevreuils ou sangliers. Un vide-grenier en campagne, une sortie en famille. Du bruit, du monde, une sonorisation plutôt mauvaise dans une salle des fêtes vieillissante. Il faut se faufiler, regarder partout : les étalages colorés encombrés d’articles divers mais aussi le sol au risque de marcher sur un chien ou de trébucher sur une poussette.

Au détour d’une allée, le long de l’étal d’un brocanteur, mon regard balaie distraitement les objets exposés : du cristal ancien, des cuivres briqués pour l’occasion, de la porcelaine fine, ce n’est ni mon goût, ni mon budget. Je piétine patiemment derrière les badauds pour parvenir à l’allée suivante et mon regard glisse jusqu’au sol. Quelle est cette petite chose qui n’a pas les honneurs de la table ?

p1020443gimp

 

Je me suis accroupie pour voir, j’ai appuyé sur un petit bouton , un volet s’est abaissé et ce que j’ai vu m’a fait fondre. Une petite Singer aux couleurs de mon enfance. Abandonnée là, triste et solitaire.

p1020444gimp

p1020447gimp

Le vendeur accourt, chaleureux, m’explique qu’elle appartenait à sa maman partie en maison de retraite, qu’il ne va pas me faire l’article car il n’y connaît rien, que la dernière fois que sa maman s’en est servie elle fonctionnait et que si je la trouve trop chère, il peut baisser le prix, ce qu’il fait d’ailleurs sur le champ, avant même que j’aie eu le temps de répondre.

Quelques regards échangés, des mots économisés (T’as vu elle est trop mimi ! Sérieusement on n’en a pas besoin ! Elle est petite et légère, c’est très pratique tu sais ! On ne peut pas la laisser là ! On fait un tour et on réfléchit ? Et si quelqu’un l’achète avant nous ? Allez on la prend !)

Un billet, des remerciements, un petit bonheur du dimanche.

p1020445gimp

p1020446gimp

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Une jupe pour maman (DDF#11)

Souvent avec maman, on parle chiffons. Elle me demande ce que je tricote/crochète/coud en ce moment, commente mes nouvelles créations, bref des trucs de filles (je sais, c’est sexiste …)

L’autre jour, quand je lui ai offert son petit panier crocheté (clic),  la discussion est tombée sur la jupe qu’elle portait qui est toute usée et pas de saison en plus. Oui mais c’est sa préférée  : la plus facile à enfiler, dotée d’une grande poche bien pratique, confortable à souhait. Et comment ça usée ? Elle ne l’a pourtant pas beaucoup portée !

Sur ce coup-là, je me suis fait plaisir, j’ai fouiné et trouvé une photo de … 1990. Je compte sur mes doigts … en 90 elle avait … c’est ça à peu près l’âge que j’ai aujourd’hui !

jupemamiegimp

Sur cette photo on la voit vêtue de la fameuse jupe. Les chats ne font pas des chiens, maman et moi on est plutôt conservatrices en matière de fringues.

Bref, ce matin, motivée et pleine d’entrain, j’ai sorti mes machines, ma boîte à couture et le joli coupon que j’avais acheté hier. J’ai relevé les mesures de ce modèle simplissime, un simple rectangle froncé et élastiqué devant et dos. En deux petites heures j’ai cousu la copie conforme de la jupe-estivale-usée-préférée de ma maman. Dans un tissu tout doux, chaud mais néanmoins fluide, avec des finitions toutes simples mais soignées (avec les carreaux faut pas rigoler sur les alignements !)

Vue d’ensemble

p1040321gimp

Gros plan sur la poche … on la voit presque pas mais elle est bien là !

p1040322gimp

L’ourlet, un simple surjet replié et piqué, c’est propre et discret

p1040323gimp

Et voilà, à l’heure où je vous parle, maman porte sa nouvelle jupe,

c’est ce qu’on appelle une affaire rondement menée !

Je n’ai plus qu’à m’y remettre puisque j’ai acheté un autre coupon pour coudre une deuxième jupe de remplacement 😉

Ceci est ma participation aux onzièmes Défis du fil organisés par Mes petites (ré)créations. Je croyais que le thème était « l’hiver arrive » mais c’était plutôt « en attendant Noël ». Je ne me dégonfle pas et j’affirme que cette jupe me semble idéale pour attendre Noël 😉

badge_les_dc3a9fis_du_fil

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Ma robe rouge (DDF#8)

Tout est dans le titre ! Vous le savez, j’aime le bleu, j’aime les robes amples et longues qu’on enfile sans manière et qu’on porte sans souci mais j’ai eu envie de changement. Les beaux jours étaient là, c’était l’occasion !

J’avais flashé sur une petite robe à bretelles vue dans un Tendances Couture Simplicity donné à point nommé par ma voisinamie et j’ai couru acheter un coupon fleuri pour la réaliser avant le retour de la pluie.

P1040170

Corsage croisé et froncé, jupe légèrement évasée ni trop longue ni trop courte, allez je me lance !

Les bretelles un peu larges sont resserrés par des passants qui permettent de régler le décolleté de plutôt raisonnable à carrément plongeant, c’est au choix selon l’humeur du jour 🙂

P1040165gimp

Sous chaque bretelle de la robe j’ai dissimulé une patte pressionnée qui maintient discrètement celle du SG, chaque chose à sa place 😉

P1040168gimp

Le corsage est entièrement doublé dans le même tissu et fermé à la main le long de la fermeture à glissière.

P1040167gimp

Aujourd’hui il fait bien trop chaud pour une vraie séance photo alors c’est ma copine Gertrude qui s’y colle, bien au frais dans la maison !

P1040166gimp

Et voilà une robe pour profiter des derniers jours de vacances !

Ceci est ma participation aux huitièmes Défis du fil organisés par Mes petites (ré)créations dont le thème est vacances d’été. Et hop, Rachel est dans le thème 😀

badge_les_dc3a9fis_du_fil

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Ma robe bleue (DDF#7)

L’année dernière ou peut-être celle d’avant -le temps passe si vite- j’ai dû me résoudre à mettre de côté ma robe préférée :/ je l’avais tant portée qu’elle était usée jusqu’à la corde et qu’elle me l’a brutalement fait savoir en se déchirant largement un jour que je vaquais tranquillement à mes occupations ( hum hum, je vous passe les détails, c’est assez embarrassant).

D’aucun(e)s l’auraient juste jetée mais j’avais ma petite idée derrière la tête et cet été j’ai ressorti ma robe usée. Je l’ai patiemment décousue découpée, j’ai repassé chacun des morceaux et je m’en suis fait un patron pour me coudre une nouvelle robe préférée. Ceci est donc une contrefaçon, merci de ne pas me dénoncer 😉

C’est une robe assez simple comme je les aime, un peu ample, un peu longue et tout son charme (à mes yeux) réside dans son asymétrie : encolure, poche, ourlet, rien n’est symétrique dans cette robe.

Elle est donc constitué de 5 morceaux, 2 pour le dos et 3 pour le devant -dont un forme une poche pliée-, plus les parementures et la bande d’ourlet rapportée ; pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Le tissu d’origine était mou et déformé d’avoir été porté et reporté, lavé et relavé, cela aurait pu me faire peur, mais ce serait bien mal me connaître 😀 J’ai épinglé tout ça sur mon nouveau tissu, tracé des marges de couture et zou ! on coupe !!! Alors évidemment, il y a eu quelques surprises et des ajustements indispensables mais ça s’est fait.

Voyons les détails …

L’encolure asymétrique  (on remarque que le milieu devant n’est pas au milieu, c’est NORMAL !) J’ai posé une parementure comme sur le modèle d’origine et j’ai cousu MON étiquette 😉

P1040138retouché

 

Les  emmanchures sont finies au biais, c’est propre et ça passe tout seul comme dit Mathilde. Bon chez moi ça passe souvent en 2 fois, j’ai une fâcheuse tendance à zig-zaguer. J’ai choisi un biais blanc pour rappeler le semis de fleurettes de mon tissu, la classe !

P1040144retouché

 

La poche : on forme un double pli horizontal dans une moitié du devant avant de l’assembler à l’autre demi-devant et au dos, et obtient une vaste poche que j’ai choisi de fermer avec un pression Kam. A l’origine il y avait un ruban à nouer mais j’ai eu la fleeeeeeeemme !

P1040143retouché

 

Le bas de la robe : sur une moitie, c’est un ourlet tout simple, replié-surpiqué et sur l’autre moitié une bande rapportée qui fronce légèrement le panneau. Bien sûr, cela produit une différence de longueur entre les 2 côtés de la robe, asymétrique je vous dis !

P1040145retouché

 

A l’intérieur tout est bien propre grâce à mon amie Janome la surjeteuse. Si les fils sont gris ce n’est pas la flemme de désenfiler la bête (elle était enfilée en noir, faut pas pousser quand même) mais parce que je n’ai pas de bobines bleues … et puis gris et bleu c’est joli !

P1040146retouché

 

Au final c’est une robe que j’enfile avec plaisir et sans souci. Elle se porte aussi bien pour aller travailler, faire des courses ou flâner au jardin. J’arrive même à faire du vélo avec !

Une vue d’ensemble ?

P1040128retouché

 

P1040132retouché

Elle est parfaite pour humer une rose en équilibre sur un pied 😉

Ceci est ma participation aux septièmes Défis du fil organisés par Mes petites (ré)créations dont le thème est vacances d’été. Vous ne trouvez pas que ma petite robe est idéale pour les vacances d’été ?

badge_les_dc3a9fis_du_fil

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’été sera bleu

P1040119retouchéC’est comme ça, on ne se refait pas !

Les tissus ont été achetés pour des projets déterminés : celui à « escargots » pour un top, les petites fleurs pour une robe. Yapluka

L’écheveau bleu est destiné à un châle à ma façon qui reste à créer mais ça va se faire.

Jusque là pas de problème !

Le souci ce sont ces 6 pelotes de Coton Fifty (bergère de France) dénichées à Emmaüs. J’ai craqué pour ce bleu, 1€ la pelote, une misère mais … qu’en faire ?

J’ai trouvé ce joli petit modèle dans le catalogue printemps-été BdF,

184MOD18_96300_1retouché

alors je m’y suis mise … le corps est en point d’astrakan, classique.P1040121retouché

Après quelques centimètres (et une pause de quelques semaines : il faisait si mauvais que j’avais abandonné mon top en coton pour un gilet manches longues^^), je n’étais plus bien sûre de mon choix. L’astrakan c’est assez pénible à tricoter en fait et ça donne un tricot plutôt épais, mouais …Un petit essai de l’empiècement torsadé avant de tout détricoter …

P1040122retouché

Et bof …

Ensuite, j’ai eu envie de ce top, le Malena 155-22 de Drops au joli point ajouré.

22-2_small_best_fitretouchéOk ils marquent qu’il faut 7 pelotes, et alors ? On ne va pas s’arrêter à ce genre de détails ! Petit échantillon et c’est parti !

P1040123retouché

Là encore, au bout de quelques centimètres le doute s’installe, et les erreurs se succèdent. Le dos et le devant sur une aiguille circulaire, quand il faut défaire 2 rangs, c’est vite pénible !!! Pourtant, le point est facile mais c’était au moment des fortes chaleurs. Comment ça quel rapport ? Quand il fait très chaud, on tricote les fenêtres ouvertes et le soir on ne peut pas allumer la lumière à cause des papillons qui vont venir se cramer sur les ampoules. Du coup, on tricote dans le noir et on finit par s’y perdre un peu. Ou alors, on emprunte la lampe frontale de Chéri (là on peut s’arrêter un peu pour m’imaginer sur le canapé dans l’obscurité totale avec ma lampe frontale et mon tricot, et rire franchement, je ne me vexerai pas d’autres l’ont déjà fait !), mais on fait des erreurs quand même ! Et c’est le deuxième abandon :/

Ensuite j’ai acheté le dernier Passion Tricot (merci Emmanuelle! ), et j’ai trouvé que la marinière de Sandrine et Compagnie n’était pas mal du tout, en plus il me reste plusieurs pelotes de gris d’un précédent ouvrage d’une commande passée en double (c’est mon côté écureuil, je l’avais trop bien rangée^^).

20160705_140607_small_best_fitretouché

Allez cette fois c’est décidé 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer