Que sont-ils devenus ? #le pantalon 7/8

Nouvelle rubrique sur le blog, « Que sont-ils devenus ? » est un petit coup de projecteur sur une réalisation présentée ici il y a quelques temps. L’occasion de faire un petit bilan : l’ouvrage est-il très apprécié ou reste-t-il au placard, facile à porter ou difficile à (as)sortir, la matière première résiste-t-elle aux outrages du temps et de la machine à laver … ? De temps en temps, au gré de mes envies, je vous expliquerai par le menu ce qu’ils sont devenus. Faites-en autant si le coeur vous en dit 😉

Aujourd’hui, pour inaugurer la rubrique, je vous reparle de mon pantalon 7/8. Réalisé en avril dernier il a été beaucoup porté. La coupe me convient, surtout parce que j’ai bien remonté la taille (je déteste les pantalons qui glissent des hanches) et parce que la fermeture sur le côté évite les sur-épaisseurs disgracieuses sous les T-shirts fluides.

SAMSUNG

Un petit basique idéal d’avril à octobre

Côté coupe, rien à redire donc. Côté tissu, un jean gris avec un tout petit peu de strech acheté en magasin près de chez moi, en revanche …

Alors déjà j’ai eu la bonne idée de faire une tache indélébile, genre le premier jour quoi ! Bon c’est une tache professionnelle, j’ai donc décidé que ça ne m’empêcherait pas de le porter au boulot, oui j’ai une logique bien à moi !

P1040720gimp

La peinture rose : tout à fait indélébile !

Je l’ai donc porté et reporté, lavé, séché -éventuellement au soleil-  et rapidement ça a posé problème. La couleur a viré, regardez

P1040724gimp

L’effet dégradé ne doit rien à la luminosité ambiante

 

P1040722gimp

Non seulement le tissu a passé mais il l’a fait de manière très inégale (à gauche on dirait une tache mais non !)

P1040725gimp

Avec le reste du coupon stocké à l’abri de la lumière, on voit bien les différentes nuances !

Je suis du genre à aimer que mes vêtements durent davantage qu’une saison, alors je suis plutôt déçue. Peut-être que je pourrais tenter une teinture mais j’ai bien peur que ça ne couvre pas vraiment les différences de ton. Ce qui m’embête aussi, c’est que j’avais acheté un coupon du même tissu en noir pour coudre une version longue et franchement, j’ai du mal à me motiver maintenant que j’ai vu la mauvaise tenue dans le temps.

Voilà, voilà !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

 

Publicités

Le sac à pain 2.0 et son tuto

Chose promise, chose dûe, après mon test de sac à pain, je vous présente aujourd’hui la version 2 : un sac réalisé dans des tissus plus adaptés. Un peu plus épais ces tissus donnent un sac qui se tient mieux et côté couleur/motifs on est franchement dans l’esprit cuisine de campagne ; mais surtout un sac entièrement réversible et ça, en plus d’être joli,  c’est drôlement pratique. Genre  si tu éclabousses de la sauce tomate partout quand tu fais le service, ben t’es pas obligée de laver ton sac, tu peux le retourner … malin 😀

 

P1040670gimp

Je reprends  le schéma que j’ai tracé pour mon test puisque les mesures me conviennent. Elles sont évidemment à adapter en fonction de la taille souhaitée. Avec une largeur de 35 cm de tissu on obtiendra au final un sac avec un fond plat d’environ 22×11 cm.

patron sac à pain

Étape 1 : couper les 2 tissus en double selon le patron ci-dessus.

P1040672gimp

 

Étape 2 : Tracer un bel arrondi en haut de la pointe et couper selon le tracé.

 

Étape 3 : (à réaliser 1x pour le tissu à carreaux et 1x pour le tissu à points) assembler les côtés et le fond du sac endroit contre endroit. Laisser une ouverture (5 à 8 cm) sur l’un des deux sacs pour pouvoir ultérieurement retourner le tout. Pour une discrétion maximum, j’ai choisi de laisser cette ouverture sur un côté du sac à carreaux.

 

Étape 4 : (à réaliser 1x pour le tissu à carreaux et 1X pour le tissu à points) former le fond du sac. Comme pour un tote-bag, on fait coïncider la couture du côté et du fond à partir de l’angle inférieur droit, on épingle et on trace une ligne de couture à 5cm de la pointe ainsi formée. Procéder de la même façon à gauche.

Coudre sur la ligne de couture précédemment tracée, couper l’excédent (pas fait sur la photo ci-dessous)

P1040677gimp

A ce stade, vous obtenez deux sacs distincts et semblables en tous points à ceci près que l’un des deux comporte une ouverture sur un côté.

P1040678gimp

 

Étape 5 : emboîter les 2 sacs l’un dans l’autre, endroit contre endroit, (c’est-à-dire qu’on rentre un sac à l’envers dans un sac à l’endroit) en faisant soigneusement coïncider la pointe du haut.

 

Étape 6 : épingler et piquer ensemble le haut des 2 sacs en une fois en faisant tout le tour de l’ouverture.

J’en profite pour partager une trouvaille faite sur Rascol (j’ai pas d’actions dans la maison hein !) : ces petites pinces sont des range-canettes, plus de canettes qui se déroulent et s’emmêlent dans la boîte à couture, un vrai bonheur.

A la fin de cette étape, si on déplie l’ouvrage, on obtient ce « truc » à la forme improbable :

P1040683gimp

 

Étape 7 : retourner l’intégralité du double-sac par l’ouverture laissée dans l’un des sacs. C’est à ce moment que tu te souviens que tu as trouvé malin de laisser une petite ouverture, ce sera plus discret et ce sera moins long à fermer à petits points à la main, mais tu transpires parce que tu te demandes si ça va passer tout ce tissu dans cette si petite ouverture 😀

P1040684gimp

Voilà le sac une fois retourné.

P1040685gimp

Étape 8 : fermer l’ouverture à petits points (c’est là que tu te dis que finalement tu es contente qu’elle soit petite !)

P1040686gimp

Étape 9 : mettre en place le sac, on peut fixer le fond par un ou 2 petits points pour éviter qu’il ne se déplie, choisir le côté qu’on préfère

Étape facultative : on peut surpiquer les bords supérieurs, ce serait sûrement très joli mais moi j’ai eu la fleeeeeemme !

Je suis contente de cette version plus élaborée. Le sac est parfait pour conserver le pain mais aussi pour le présenter à table puisqu’il reste bien ouvert, il reste facile à ouvrir et à fermer malgré la double épaisseur de tissu, niveau forme et  dimensions c’est parfait pour la grosse boule de mon boulanger 😀

 

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le sac à pain et son tuto (DDF2017#9)

 

Besoin d’un sac pour ranger la boule de pain. J’avais une idée précise de la forme du sac (mot interdit chez moi sous peine de t’entendre répondre « c’est toi le sac ! » Ah ah, très drôle ce petit jeu et très stimulant intellectuellement quand tu veux demander à quelqu’un de te passer le pot de confitures ou la cruche à eau sans te faire traiter de pot ou de cruche … mais bref, je m’égare !).

Je demande donc à mon moteur de recherche préféré de m’aider à trouver le modèle idoine parce que bon, c’est pas la peine de réinventer le fil à couper le beurre le sac à pain hein, et si quelqu’un a déjà fait un tuto de sac à boule autant valoriser son travail !

Ben c’est dingue ça ! Personne n’a fait le tuto du sac à pain de mes rêves, peut-être bien même que personne n’a fait le sac à pain de mes rêves !

Qu’à cela ne tienne, mon sac à pain à nouer je l’ai imaginé, conçu et réalisé toute seule comme une grande et du coup je vous ai fait un petit pas à pas en images dès fois que vous ayiez aussi envie d’en coudre un, sait-on jamais !

J’ai choisi de faire mes essais dans le tissu de mes couvercles réutilisables, au moins mes accessoires de cuisine seront assortis …

p1040448gimp

 

Voilà le schéma que j’ai tracé. Les mesures sont évidemment à adapter en fonction de la taille souhaitée. Avec une largeur de 35 cm de tissu on obtiendra au final un sac avec un fond plat d’environ 22×11 cm.

patron sac à pain

Étape 1 : couper le tissu en double selon le patron ci-dessus

P1040659gimp

 

Étape 2 : arrondir la pointe et surjeter les côtés des parties triangulaires.

Étape 3 : assembler les côtés et le fond du sac.

Étape 4 : former le fond du sac. Comme pour un tote-bag, on fait coincider la couture du côté et du fond à partir de l’angle inférieur droit, on épingle et on trace une ligne de couture à 5cm de la pointe ainsi formée. Procéder de la même façon à gauche.

 

Étape 5 : coudre sur la ligne de couture précédemment tracée, couper l’excédent.

P1040666gimp

Étape 6 : retourner le sac, y ranger la boule et faire un noeud. Et voilà, c’est fini !

 

Étape facultative : on peut ganser les bords du triangle, broder le mot « pain » ou « ma grosse boule », insérer des passepoils, que sais-je encore, et même -si on est très courageuse- repasser son sac 😀

Ceci est une version beta, un test vite fait. Le sac est fonctionnel, facile à ouvrir et à fermer, la forme et les dimensions sont conformes à ce que je souhaitais. Les finitions sont basiques par choix mais le concept est customisable à l’infini. En revanche,  le tissu est un peu léger -limite mou- et cela nuit à la tenue de mon sac à pain.  Je vais améliorer ça.

Prochainement sur le blog : le sac à pain.2 (teasing de ouf …)

Ceci est ma participation aux Défis du fil de septembre 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

Le thème ? Dans le sac ! 😀

badge_les_dc3a9fis_du_fil

A très bientôt !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le retour (DDF2017#été et DéfiJePeuxPasJ’aiCouture#9)

C’est la rentrée !

On ouvre les fenêtres, on dépoussière un peu, on arrose les plantes (le jardin, pas besoin, arfff !), et on reprend le chemin du blog délaissé, reposée et pleine d’énergie …

Les vacances en roue libre côté tricot et couture, c’était à l’instinct, à l’envie, sans dead line et c’était sympa. Cela a donné lieu à une production variée et de saison dont je vous présente aujourd’hui la première pièce : une robe d’été. Une nouvelle édition de ma robe de l’été passée réalisée à partir des morceaux d’une robe trop aimée, trop portée, super usée … vous vous souvenez ? Je l’aime d’amour pour sa forme sans souci , sa belle longueur, ses détails originaux et j’ai décidé de la rééditer mais en y apportant quelques sérieuses variations quand même.

Je suis sortie de ma zone de confort tout d’abord avec ce tissu, fluide et léger d’une belle couleur bordeaux rehaussée d’arabesques fleuris, signé Silk House Mariano Lorenzo.

P1040655gimp.

J’ai modifié l’encolure que j’ai voulue symétrique, je l’ai bordé de larges parementures surjetées qui restent bien à leur place et ça c’est top !

 

P1040649gimp

J’ai changé l’unique poche de côté (que celle qui irait imaginer que je me suis trompée en coupant mon tissu et que du coup j’avais le choix entre changer ma poche de côté ou avoir un pan de robe sur l’envers du tissu se rassure, c’est pas du tout mon genre ! Après 30 et quelques années de couture, on ne tombe plus dans ces pièges de débutante !!!).

P1040648gimp

J’ai ajouté une ceinture, et enfin j’ai modifié le bas de ma robe pour obtenir un effet plongeant par l’ajout d’un godet sur la couture milieu devant et un ourlet en pointe sur un côté. Je voulais garder de l’originalité et je suis contente du résultat.

P1040647gimp

C’est une robe qui est aussi à l’aise à la ville qu’à la plage, la preuve !

IMG_1408gimp

Avec ma robe et son air de  vacances, je participe aux Défis du fil de l’été 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

Et je participe aussi au Défi Je Peux Pas J’ai Couture de septembre (j’ai raté juillet et août, je me méfie et je prends de l’avance, maline ) proposé par ClRsapi du blog entre veille et sérendipité : 1 mois, 1 vêtement. Tous les détails sur son blog (ici)

 

Bonne semaine 🙂

 

 

 

 

 

 

 

Top top #DéfiJePeuxPasJaiCouture

En ce joli et chaud mois de juin il m’a pris l’envie de faire du hors-piste hors-liste. Forcément il n’y avait point d’en-cours couture dans ma liste et je me devais de coudre ce mois-ci car j’essaie de me tenir au moins un mois sur 2 au désormais célèbre rendez-vous :dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

C’est ClRsapi du blog du blog entre veille et sérendipité, qui nous a proposé pour l’année 2017, ce chouette défi couture : 1 mois, 1 vêtement. J’ai répondu présente mais à mon rythme à moi 😉 Vous trouverez tous les détails sur son blog (ici)

Avec les beaux jours, on a envie de petits hauts simples mais pratiques à assortir sans souci et j’avais acheté en prévision ce coupon de cotonnade légère et étoilée.

 

J’ai ressorti cet ouvrage de couture dans lequel j’avais déjà pas mal pioché (une robe à bretelles, une autre robe à bretelles, une robe trapèze, un pyjama pour homme ) et j’ai jeté mon dévolu sur la « robe tunique simple mais efficace ».

En effet le modèle est tout simple, un devant, un dos (les manches étant dans le prolongement) et très vite assemblé, tout à fait ce dont j’avais envie.

Je l’ai coupée en version courte, et sa forme légèrement évasée est parfaite. J’ai creusé l’encolure (je n’aime pas que mes vêtements m’étranglent :-D)

et je l’ai finie avec un biais contrastant mais néanmoins assorti. J’ai fait la même chose au bas des manches, c’est joli si je fais des revers.

Pour le bas un ourlet tout simple et hop !

Une déception tout de même au niveau des manches qui manquent légèrement d’ampleur, il s’en est fallu de peu que mes bras ne rentrent pas dedans (trop de muscu …). J’avais bien vérifié les mesures avant de me lancer … sauf les manches ! J’y penserai la prochaine fois.

Voilà, voilà, je retourne à ma liste car le mois de juin tire à sa fin, faut que je me dépêche !

Bonne semaine 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et de 2 ! #DéfiJePeuxPasJaiCouture

Je continue avec ma liste d’en-cours de laissés-en-plan …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter.

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter.

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés.

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

et je rajoute les oubliés :

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ?

-une veste enfant au crochet, plus qu’une manche et les finitions

-une jupe ratée

Je vous montre donc mon petit pantacourt vite fait avant d’aller remplir mon devoir …

Je voulais un pantacourt, facile à porter au quotidien, qui aille avec tout ou presque, qui ne fasse pas de surépaisseur sous les T-shirts fluides, plutôt près du corps et surtout surtout taille haute ! Je n’ai toujours pas compris cet engouement des tailles basses, question de génération sans doute …

J’ai donc choisi un jean gris pas trop léger et avec un peu d’élastahanne et un patron basique trouvé dans un magazine simplicity, celui dans lequel j’avais trouvé ma robe rouge. Il n’aura ni poches, ni braguette pas même de ceinture rapportée, mais juste une fermeture sur le côté. Des pinces devant et dos lui donneront sa forme.

Alors en couture (en tricot aussi quand j’y pense) j’ai un souci : la crainte que ce soit trop court, trop petit, donc j’ai tendance à laisser des marges, beaucoup de marge !

Au premier essayage, mon pantacourt était bien trop large, aux cuisses, aux genoux, aux mollets, il a fallu retoucher ça tout de suite et rien de plus simple ! Il suffit d’enfiler le pantacourt à l’envers et d’épingler sur soi (Aïe, ça pique !!!). Ensuite tu l’enlèves (Aïe aïe aïe) et t’as plus qu’a piquer au bon endroit.

Puis il a fallu retoucher la taille parce que ce pantacourt je le voulais taille haute, mais quand même pas sous les bras (quoique !). J’ai enlevé le minimum nécessaire et il est comme j’aime, bien à sa place, j’adore !!!

En bas, pareil, j’avais prévu large et j’ai laissé. C’est comme ça que mon pantacourt est devenu un 7/8, ça tombe bien c’est la mode !

Il est parfait pour la saison et il ira parfaitement avec mon petit pull en coton quand il sera fini.

Il est parfait également pour ma participation du mois d’avril au Défi Je peux pas j’ai couture organisé par ClRsapi du blog entre veille et sérendipité, (tous les détails  ici)

Vous n’aurez que des photos à plat, pas la peine de couiner, j’ai déjà fait un bel effort le week-end dernier 😉

 

Bon dimanche !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Des ronds des ronds petit pataton (DDF2017#2)

En me promenant l’autre jour sur le blog de Mademoiselle K (ici), j’ai vu ceux qu’elle avait cousus. Elle les avait elle-même vus chez Mum à contre courant (). Et j’ai tout de suite aimé cette idée esthético-écolo-maline :  des « couvercles » en tissu qui pouvaient remplacer le papier alu ou le film étirable.  Un reste à ranger au frigo ? une pâte à pain à faire lever ? Une part de gâteau à porter chez Mamie ? Hop un couvercle adaptable, lavable, réutilisable et en plus tu peux l’assortir à la déco de ta cuisine !

J’ai décidé d’en coudre une série sur le champ et j’ai sorti pour l’occasion un tissu de récup’ qui me semblait tout à fait approprié : un tissu avec des ronds ! C’est ultra facile à faire : un disque de tissu d’environ 5cm de plus que le récipient appelé à le recevoir, de l’élastique, du biais (ou pas, rien n’interdit de piquer un ourlet dans lequel l’élastique coulissera …) et c’est parti.

 

J’en ai fait un grand pour un saladier …

p1040446gimp

… un tout petit pour un ramequin …

p1040447gimp

Si je les mets côte à côte, on voit mieux l’échelle. Et je tiens à préciser que le grand modèle fait une charlotte très élégante, oh zut, je n’ai pas de photo !!!

p1040448gimp

J’en ai d’autres en prévision (saladier bis, assiette creuse, bol), mais là tout de suite, j’ai des cahiers à corriger, alors je vais être raisonnable et sortir mon crayon rouge.

p1040444gimp

Ceci est ma participation aux Défis du fil de février 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

Le thème ? Rond ! 😀

badge_les_dc3a9fis_du_fil

A bientôt !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Du rouge pour changer un peu #DéfiJePeuxPasJaiCouture

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

ClRsapi du blog du blog entre veille et sérendipité, nous a proposé pour l’année 2017, un chouette défi couture : 1 mois, 1 vêtement. J’ai répondu présente et on verra bien si j’arrive à tenir le rytme (mais je suis sereine parce qu’il paraît qu’on ne se fera pas gronder si on déclare forfait certains mois). Vous trouverez tous les détails sur son blog (ici)

J’avais dans mon stock un coupon de jersey rouge dont j’avais prévu de faire un T-shirt basique. Un tissu très très élastique, lourd fluide et glissant, que j’avais finalement laissé de côté parce qu’il me paraissait imposible à travailler à la MAC (oui j’aurais pu y penser avant de l’acheter … comment résister à l’appel du coupon soldé ?) Mais maintenant j’ai une surjeteuse, je la maîtrise à peu près et il me semblait qu’il était temps de m’attaquer à ce coupon effrayant. J’en ai assez rêvé de cette surjeteuse, ce n’est pas pour continuer à fuir les jerseys qui glissent !

Modèle maison, tout simple, encolure danseuse bien dégagée, manches courtes (je voulais des manches longues mais je n’avais pas assez de tissu) et voilà, le printemps peut venir je suis prête !

p1040440gimp

Aucun problème pour l’assemblage, ni pour la pose de la bande d’encolure rapportée et franchement je pensais que c’était gagné. Quand il ne reste plus qu’à ourler un vêtement, on a tendance à se dire que le plus gros est fait. Mais c’était faire abstraction de la mauvaise volonté de mon tissu :  impossible à marquer au fer, difficile à épingler, se déformant et s’étirant sous le pied-de-biche …grrrr. J’ai essayé différentes techniques mais rien n’était propre.

Alors j’ai sorti mon pied pour ourlet invisible tout neuf et, après quelques essais sur des chutes, je me suis lancée dans l’aventure. Ce n’est pas parfait mais ça va si on accepte l’idée que mes ourlets invisibles ne le sont pas 😉 J’ai dû piquer trop loin dans le pli du tissu, je ferai mieux la prochaine fois (ou pas). En plus l’ourlet du bas n’est pas très régulier. Mais Chéri a dit que ça valait largement les finitions du commerce et j’ai décidé de le prendre comme un compliment  😀

p1040442gimp

Au final il me plaît bien ce T-shirt, il est confortable, l’encolure est vraiment sympa et ce tissu lourd et fluide lui donne un joli tombé.

p1040443gimp

Contrat rempli pour février, c’était chaud ! Qui est-ce qui m’a fait des mois de 28 jours, non mais ?!

Bonne semaine 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Jupe bis #DéfiJePeuxPasJaiCouture

dc3a9fi-je-peux-pas-jai-couture-1

ClRsapi du blog du blog entre veille et sérendipité, nous a proposé pour l’année 2017, un chouette défi couture : 1 mois, 1 vêtement. J’ai répondu présente et on verra bien si j’arrive à tenir le rytme (mais je suis sereine parce qu’il paraît qu’on ne se fera pas gronder si on déclare forfait certains mois). Vous trouverez tous les détails sur son blog (ici)

Pour le premier mois de l’année, je n’ai pas pris de risque et j’ai réédité le modèle simplissime de jupe que j’avais déjà cousu pour ma maman (ici). Il me fallait un tissu chaud, léger, souple et doux, alors j’ai opté pour un jersey un peu lourd, légèrement chiné. Une petite couture rapide (moins de 2 heures) et sans souci.

p1040382gimp

p1040383gimp

J’ai changé le sens du tissu pour l’indispensable poche, comme ça elle est plus visible et maman ne me dira pas qu’elle ne la trouve pas 😉

Il n’y a pas eu de shooting et il n’y aura pas de photo portée car maman ne se sent pas l’âme d’un top-model  😀

 

 

Voilà j’ai rempli mon contrat pour janvier,c’est un bon début 😉

Trouvaille

C’était un dimanche d’hiver. Un court trajet sur une petite route sinueuse et embrumée, le regard qui court au-delà des champs dans l’espoir d’apercevoir chevreuils ou sangliers. Un vide-grenier en campagne, une sortie en famille. Du bruit, du monde, une sonorisation plutôt mauvaise dans une salle des fêtes vieillissante. Il faut se faufiler, regarder partout : les étalages colorés encombrés d’articles divers mais aussi le sol au risque de marcher sur un chien ou de trébucher sur une poussette.

Au détour d’une allée, le long de l’étal d’un brocanteur, mon regard balaie distraitement les objets exposés : du cristal ancien, des cuivres briqués pour l’occasion, de la porcelaine fine, ce n’est ni mon goût, ni mon budget. Je piétine patiemment derrière les badauds pour parvenir à l’allée suivante et mon regard glisse jusqu’au sol. Quelle est cette petite chose qui n’a pas les honneurs de la table ?

p1020443gimp

 

Je me suis accroupie pour voir, j’ai appuyé sur un petit bouton , un volet s’est abaissé et ce que j’ai vu m’a fait fondre. Une petite Singer aux couleurs de mon enfance. Abandonnée là, triste et solitaire.

p1020444gimp

p1020447gimp

Le vendeur accourt, chaleureux, m’explique qu’elle appartenait à sa maman partie en maison de retraite, qu’il ne va pas me faire l’article car il n’y connaît rien, que la dernière fois que sa maman s’en est servie elle fonctionnait et que si je la trouve trop chère, il peut baisser le prix, ce qu’il fait d’ailleurs sur le champ, avant même que j’aie eu le temps de répondre.

Quelques regards échangés, des mots économisés (T’as vu elle est trop mimi ! Sérieusement on n’en a pas besoin ! Elle est petite et légère, c’est très pratique tu sais ! On ne peut pas la laisser là ! On fait un tour et on réfléchit ? Et si quelqu’un l’achète avant nous ? Allez on la prend !)

Un billet, des remerciements, un petit bonheur du dimanche.

p1020445gimp

p1020446gimp

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer