Rendez-vous boulet # décembre 2017

Tel un cru de beaujolais nouveau un 3ème jeudi de novembre, mon boulet s’est débrouillé pour « sortir » en temps et en heure. Mon deuxième devant est tombé de mes aiguilles hier et c’est avec fierté que je l’exhibe devant vous aujourd’hui.

Alors soit, il ne ressemble à rien, lové sur lui-même, recroquevillé à l’extrême, roulottant de tous ses bords (et ne parlons même pas des photos prises à la va-vite …) mais il est bien fini et ça c’est chouette !

Il ne me reste dorénavant plus (!) qu’à lui tricoter deux manches assorties et le tour sera joué, fastoche ! A ce propos, j’hésite et je vous demande votre avis : les manches, je les tricote ordinairement de bas en haut ce qui me donnera des rayures horizontales contrastant avec celle du corps ou en travers pour obtenir des rayures verticales comme sur le reste du gilet ? Qu’en pensez-vous ?

Je ne m’attarde pas davantage, le mois de décembre est chargé pour tout le monde et j’ai quelques ouvrages urgents à finir, le boulet peut dormir sur ses 2 oreilles jusqu’aux fêtes, une belle sieste de fin d’année se profile pour lui (quel veinard !)

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Tout arrive ! (le tuto du boléro)

J’ai réalisé ce boléro deux fois, la première en bleu, la seconde en bordeaux.

Boléro bordeaux, laine biologique teinte à la main (L’écheveau Vert), patron maison, juin 2017

 

 

Luciegimp

Boléro bordeaux, laine biologique teinte à la main (L’écheveau Vert), patron maison, septembre 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je l’ai nommé « Frisson d’été » car je trouve qu’il réchauffe parfaitement une petite robe d’été lorsque la fraîcheur tombe mais il est top aussi avec un T-shirt et un jeans.

Aujourd’hui, comme promis et après des heures de travail acharné pour mettre mes notes au propre (Ok j’exagère) , je vous livre son tuto. C’est ici : Tuto Boléro Frisson d’été

C’est un boléro bien court, qui tombe juste au niveau de la taille avec des manches 3/4 (plus ou moins : le modèle bordeaux a des manches un peu plus courtes car j’ai tricoté un motif de moins en hauteur pour cause de pénurie de laine). Il ne ferme pas mais libre à vous de lui rajouter un bouton ou une broche.

Je l’ai tricoté en pure laine mais je suis sûre qu’il rendrait bien aussi dans un fil soyeux et brillant pour les fêtes par exemple ou dans un coton coloré, à vous de voir …

Le tuto ne comporte que la taille M, le modèle peut facilement s’adapter pour réaliser une taille S ou une taille L (désolée, j’ai eu la flemme), vous pourrez voir sur le merveilleux-schéma-maison-que-j’ai-fait si les mesures vous conviennent ou s’il vous faut faire des adaptations.

 

Bon tricot 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # novembre 2017

Ce mois-ci je n’ai pas seulement tricoté, crocheté, cousu, bricolé, j’ai également revu mes conjugaisons à fond, car j’ai conjugué en long en large et en travers le verbe bouleter. Pas la peine de chercher hein, je l’ai inventé ce verbe car j’en avais besoin, nécessité fait loi. Si je devais le définir je dirais :

bouleter (v.t.) : action de sortir son boulet et de tenter de le terminer.

Je l’ai donc inventé puis j’ai décidé -tout à fait arbitrairement- qu’il allait se conjuguer comme les verbes modeler ou crocheter qui contrairement aux verbes jeter ou appeler ne doublent par leur consonne (je jette, nous jetons) mais prennent un accent grave (je crochète, nous crochetons) …. ça suit derrrière ? Je vois des regards effarés, aurait-on malencontreusement oublié ces petites finesses ? Pas de souci ça va revenir !

Alors, au début du mois, joyeuse d’avoir bien avancé mon boulet pendant les derniers mois, je me suis gargarisée des temps du passé. Le passé composé : le mois dernier j’ai bien bouleté ; l’imparfait : chaque fois que je le pouvais je bouletais ; le plus-que-parfait : en quelques jours j’avais bouleté 23 cm ; le passé simple : tout l’été, jour après jour je bouletai ; le futur antérieur, (qui se souvient encore de lui) : décidément j’aurai bouleté avec acharnement !

Pleine de courage en début de mois j’ai revu le présent de l’indicatif : je boulète, je boulète, ça avançait plutôt pas mal. Puis d’autres projets se sont intercalés et il a fallu changer de temps. Insidieusement le futur simple et le conditionnel présent se sont invités, semant la confusion avec leurs airs de faux-jumeaux je boulèterai ou je boulèterais ? Quand j’aurai le temps je boulèterai ou si j’avais le temps je boulèterais ? Voilà une conjugaison qui entretient le doute et favorise l’atermoiement, le boulet commençait à s’enterrer.

Alors aux grands maux les grands remèdes, j’ai dégainé l’impératif présent (au risque de faire grincer des dents je l’affirme ici haut et fort, l’impératif passé ne sert à rien, à quoi bon me dire « aie bouleté » ?) : Boulète donc ! m’intimais-je à moi-même.

Parfois cela fonctionnait et je reprenais au présent de l’indicatif : je boulète, je boulète, je boulète …

Et parfois cela ne fonctionnait pas du tout ! Alors, dans mes nuits sans sommeil, rongée par la culpabilité et les remords, je conjuguais en vrac le conditionnel passé : j’aurais bouleté (si seulement j’avais été raisonnable) ; et les cruels temps du subjonctif : il faut que je boulète ! que n’aie-je bouleté ? il eût vraiment fallu que je bouletasse, bref, il était impardonnable que je n’eusse bouleté !

Le mois a passé de la sorte, bouletant (participe présent) certains jours, ne bouletant pas d’autres …

J’ai ainsi fini mon premier devant, épinglé temporairement au dos pour les besoins de la photo. Je trouve ça très encourageant.

Qu’en pensez-vous ? Ai-je assez bien bouleté ?

 

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # octobre 2017

Previously in Rendez-vous boulet …

 « Il mesure environ 35 cm à l’heure actuelle c’est-à-dire qu’il n’est qu’un 3/4 de dos, pas fameux ! »

 

J’ai continué sur ma lancée et arrivée à 38cm soit au moment de faire mon 2ème « pli », j’ai constaté que je m’étais trompée dans ma prise de mesure (je mesurais depuis le décrochage de l’emmanchure au lieu de mesurer depuis le bord, la tanche !!!).

Vous me connaissez bien maintenant, je me suis d’abord dit que ça allait sans doute le faire, ça ferait une petite disymétrie, pas bien grave et j’ai continué. Que voulez-vous je suis comme ça, j’ai besoin d’un temps de latence. J’ai tricoté mon pli, j’ai mesuré, remesuré, plié mon ouvrage en 2, tiré dessus pour aligner ce qui aurait dû l’être et j’ai détricoté évidemment ! Pour retomber à 21cm 😀

Boulet un jour, boulet toujours, et je ne parle pas que du gilet !

Pas découragée, je continue à avancer mon boulet et je suis actuellement à quelques rangs de la fin de mon dos … Je vous montre et j’y retourne !

P1040718gimp

Boulet endormi

 

P1040719gimp

Boulet réveillé qui s’étire

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et on se retrouve le lundi 13 novembre

pour un nouveau Rendez-vous des boulets 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le retour du boléro

C’est l’histoire d’une invitation à un mariage. Un mariage de septembre ; il peut faire chaud … ou pas, il peut pleuvoir aussi, allez savoir, c’est compliqué.

On ne veut pas faire trop de frais, surtout dans des vêtements ou accessoires qu’on n’aura pas l’occasion de reporter facilement, alors on commence par faire le tour de la garde-robe, puis des boutiques pour composer une chouette tenue. On est jeune et jolie (là le lecteur comprend qu’il ne s’agit pas de moi :-D), ce n’est pas mission impossible.

Rapidement on a : la robe , les chaussures, le sac, les bijoux. Manque seulement de quoi couvrir les épaules et réchauffer la tenue. Je propose le boléro bleu :

Il tombe merveilleusement sur la robe, la longueur est parfaite et le point ajouré suffisamment raffiné pour l’occasion. Oui mais, il y a un mais. C’est la couleur qui n’est pas raccord ! 4 couleurs dans une tenue ça fait beaucoup …

On commence par chercher de nouvelles chaussures plus assorties avec le boléro et comme on ne trouve pas et que le temps passe, l’idée germe dans mon cerveau : il faudrait le même gilet mais dans la bonne couleur. On essaie de refuser, on ne veut pas donner tant de travail à sa mamounette mais mamounette est décidée, inutile d’hésiter plus longtemps, elle va trouver la laine (en stock, super !) et s’y mettre.

J’ai repris mes notes du gilet bleu (et refait les manches 2 fois car je n’avais pas écrit les augmentations, j’ai donc foncé tête baissée et … merdum ! Et quand je dis merdum c’est très édulcoré par rapport à la bande son originale !!!). J’ai raccourci les manches d’un motif pour avoir des vraies manches 3/4  et pour ne pas manquer de laine.

Quelques photos sans chichis prises à la volée au fur et à mesure de l’avancement, la dead line était assez serrée et j’étais concentrée sur l’essentiel mais ça donne quand même un petit aperçu de la naissance de ce nouveau boléro. Désolée pour la couleur, ce joli bordeaux délicatement nuancé mériterait une meilleure photographe 😦

IMG_20170813_211217616gimp

13 août

IMG_20170814_210816797gimp

14 août

IMG_20170815_104750414(1)gimp

15 août

IMG_20170818_152352453gimp

18 août

Bizarrement je n’ai aucune photo de l’épisode tricotage-détricotage-retricotage des manches, faut croire que j’avais d’autres préoccupations 😀

IMG_20170902_174415162_HDRgimp

31 août. L’assemblage est parfois synonyme de contrariétés …

IMG_20170902_221703025gimp

C’est tout ce qui reste, c’était juste !

3 septembre. Lavé, bloqué, séché…

 

… et porté. Trop mimi non ?

Luciegimp

Boléro bordeaux, laine biologique teinte
à la main (L’écheveau Vert), patron maison, septembre 2017

Rendez-vous boulet # septembre 2017

La bonne nouvelle est tombée hier : la saison 2017-2018 des Rendez-vous des boulets aura bien lieu. Emmanuelle avait laissé planer un doute et toutes les mamans des boulets redoutaient de se retrouver livrées à elles-mêmes, quelle angoisse ! Merci Emmanuelle de bien vouloir continuer à nous guider dans cette longue et périlleuse aventure ❤

Doute ou pas, je n’ai pas (complètement) délaissé mon boulet cet été, il est toujours en tête de ma liste, le vrai, le seul, l’inimitable boulet, celui qui a vécu les affres du détricotage … ce qui était bien mérité et inévitable, souvenez-vous :

 

et qui est supposé devenir un gilet dans ce style-là mais en version rayée plutôt que tricolore. Qui sait si cela sera aussi esthétique ? Surprise !

L’été de mon boulet fut une alternance d’éclaircies et de passages nuageux de longues siestes au fond du sac à ouvrages et d’avancées fulgurantes. Bon n’exagérons rien non plus, fulgurante n’est sans doute pas le mot ! Il mesure environ 35 cm à l’heure actuelle c’est-à-dire qu’il n’est qu’un 3/4 de dos, pas fameux !

Pas facile, en l’état actuel des choses, d’avoir une idée du rendu et pas facile de vous montrer du coup. Mais pour essayer d’avoir un visuel j’ai épinglé mon boulet sur Gertrude (Aïe ! La pauvre a fait la grimace !), et voilà ce que ça donne.

Vue du haut du dos. Note à moi-même : penser à tricoter un headband assorti, ça pourrait être sympa, enfin sur Gertrude ça l’est.

 

Vue globale du dos. Forcément les bords roulent et ça godille côté aiguille …

 

Focus sur le pli, oui chez Drops ils appellent ça un pli, à base de rangs raccourcis qui donne cette forme évasée au gilet.

Voilà, voilà. On va essayer de continuer comme ça en croisant les doigts pour que ce soit une réussite. Si ça rate encore, je lâche l’affaire, je ne retenterai pas une troisième fois !

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et vivement le lundi 9 octobre

pour un nouveau Rendez-vous des boulets 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le retour (DDF2017#été et DéfiJePeuxPasJ’aiCouture#9)

C’est la rentrée !

On ouvre les fenêtres, on dépoussière un peu, on arrose les plantes (le jardin, pas besoin, arfff !), et on reprend le chemin du blog délaissé, reposée et pleine d’énergie …

Les vacances en roue libre côté tricot et couture, c’était à l’instinct, à l’envie, sans dead line et c’était sympa. Cela a donné lieu à une production variée et de saison dont je vous présente aujourd’hui la première pièce : une robe d’été. Une nouvelle édition de ma robe de l’été passée réalisée à partir des morceaux d’une robe trop aimée, trop portée, super usée … vous vous souvenez ? Je l’aime d’amour pour sa forme sans souci , sa belle longueur, ses détails originaux et j’ai décidé de la rééditer mais en y apportant quelques sérieuses variations quand même.

Je suis sortie de ma zone de confort tout d’abord avec ce tissu, fluide et léger d’une belle couleur bordeaux rehaussée d’arabesques fleuris, signé Silk House Mariano Lorenzo.

P1040655gimp.

J’ai modifié l’encolure que j’ai voulue symétrique, je l’ai bordé de larges parementures surjetées qui restent bien à leur place et ça c’est top !

 

P1040649gimp

J’ai changé l’unique poche de côté (que celle qui irait imaginer que je me suis trompée en coupant mon tissu et que du coup j’avais le choix entre changer ma poche de côté ou avoir un pan de robe sur l’envers du tissu se rassure, c’est pas du tout mon genre ! Après 30 et quelques années de couture, on ne tombe plus dans ces pièges de débutante !!!).

P1040648gimp

J’ai ajouté une ceinture, et enfin j’ai modifié le bas de ma robe pour obtenir un effet plongeant par l’ajout d’un godet sur la couture milieu devant et un ourlet en pointe sur un côté. Je voulais garder de l’originalité et je suis contente du résultat.

P1040647gimp

C’est une robe qui est aussi à l’aise à la ville qu’à la plage, la preuve !

IMG_1408gimp

Avec ma robe et son air de  vacances, je participe aux Défis du fil de l’été 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

Et je participe aussi au Défi Je Peux Pas J’ai Couture de septembre (j’ai raté juillet et août, je me méfie et je prends de l’avance, maline ) proposé par ClRsapi du blog entre veille et sérendipité : 1 mois, 1 vêtement. Tous les détails sur son blog (ici)

 

Bonne semaine 🙂

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous boulet # juin 2017

Oh oh ! On dirait qu’il y a du retard à l’allumage par ici ! Chut, personne n’a rien vu …

Toujours en tête de ma liste, mon boulet, le vrai, le seul, l’inimitable, celui qui a vécu les affres du détricotage … ce qui était bien mérité et inévitable, souvenez-vous :

 

J’ai décidé de ne pas lâcher l’affaire et de recommencer un gilet, tricoté en travers toujours pour cette histoire de rayures que je veux verticales et je suis retombée sur ce modèle dans mes favoris sur Ravelry. Allez hop ! C’est parti !

Je vais sûrement modifier l’encolure pour avoir quelque chose de potentiellement plus couvrant et pour le reste je vais suivre récrire le modèle,  (en refaisant bien sûr tous les calculs pour adapter le modèle à ma laine super fine qui se tricote en 2,5 ).

Pas de pression, ce sera mon fil rouge de l’été et tant mieux si j’ai un nouveau gilet en septembre (oui Emmanuelle nous donne des congés d’été !). Pour l’instant il n’est pas bien grand et il n’avait pas très envie de poser pour la photo alors je l’ai laissé faire son timide.

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

A bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et de 5 ! (DDF2017#5)

Encore un mois qui se termine … c’est moi ou ça passe de plus en plus vite ?

J’ai toujours ma liste … ça avance doucement, bien moins vite que les semaines qui défilent mais quand même …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter. DÉTRICOTÉ !

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter. FINI !

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés. Parti au blocage ! FINI, photographié et tout !

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ? Je crois que son sort est scellé vu que j’ai déjà récupéré son aiguille … Détricoté et transformé en Genver (encore un !) Reste à le photographier

-une veste enfant au crochet, plus que une manche et les finitions. FINI !

-une jupe ratée

un nouveau gilet kimono dont je viens de finir l’échantillon (et après je me demande pourquoi ma liste est toujours aussi longue !) Fini aussi, encore une séance photo à prévoir.

 

Avec cette veste enfant, l’objectif était clairement d’apprendre à faire des bordures droites au crochet. Je maîtrise le crochet en rond mais les allers et retours restaient plutôt aléatoires. Alors quand la bordure est cachée dans une couture ça passe, mais quand elle est bien visible c’est pas possible.

Au détour d’un passage en magasin de presse, je suis tombée sur cette revue et je me suis dit qu’elle était faite pour moi, un recueil papier des bases, un aide-mémoire à avoir dans le sac à ouvrages, parce que oui les écrans c’est formidable mais le papier c’est très pratique, question de génération peut-être.

Je ne regrette pas du tout mon achat, il y a dans ce magazine pas mal de modèles sympas qui donnent envie de dégainer le crochet et des petits rappels techniques qui sont les bienvenus pour moi.

J’ai choisi de réaliser une veste asymétrique bicolore (laine naturelle/laine bordeaux) en taille 2 ans. Je ne tenais pas à me lancer dans un ouvrage trop long, au cas où ce serait un fiasco total 😉

Pour les bordures, je considère que mon objectif est atteint :

C’est droit non ?

Ma petite veste se réalise en 5 morceaux que j’ai ensuite assemblé au crochet, pour rester dans le thème. La plus grande partie de l’ouvrage est réalisé en mailles serrées avec un rang de brides de part et d’autre des rayures contrastantes, fastoche ! J’ai ensuite crocheté une bordure de mailles serrées autour de l’encolure et des devants et dans la foulée j’ai formé 4 petites brides de boutonnage qui font face à 4 boutons issus de mon stock : des boutons 100% vintage dénichés dans un vide-grenier l’été passé et que j’ai hésité à découdre de leur carte 😉

Le résultat en images :

 

 

Avec ma petite veste je participe aux Défis du fil de mai 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

Je suis dans le thème bébé, même si j’ai fait une taille 2 ans et qu’à 2 ans on n’est plus un bébé 😉

badge_les_dc3a9fis_du_fil

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Petons au chaud-7 (DDF#10)

 Depuis le temps que j’en rêvais, enfin je les ai … des longues chaussettes qui montent bien haut.

Bien sûr, j’avais déjà tricoté des chaussettes : des longues pour Ma Moins Grande (clic), pour mémoire elles m’avaient valu mon entrée dans le club des Boulets ; des courtes pour Ma Plus Grande (clic) tricotées dans le cadre du Kal des chaussettes d’Hermione.

Et nous alors ?!!! pleurnichaient mes petits petons (moi je me marrais en douce, petits petons tu parles !). Mais quand même, prise de pitié et d’un peu d’optimisme, je m’y suis mise.

Matériel : laine Goomy 50 de BdF, aiguilles circulaires 2,5 (Arrrrgh !!!), beaucoup de patience et quelques soirées. J’ai fait les deux l’une après l’autre car je n’ai pas encore compris la technique pour faire les 2 en même temps, et j’ai évité l’écueil de la chaussette orpheline en m’obligeant à les enchaîner, un peu de volonté que diable !

p1040257gimp

p1040256gimp

p1040254gimp

p1040255gimpVoyez comme ce jeu de rayures horizontales galbe et affine mon mollet 😉

Ceci est ma participation aux dixièmes Défis du fil organisés par Mes petites (ré)créations. Pour un défi d’automne, une paire de chaussettes ça le fait non ?

badge_les_dc3a9fis_du_fil

Bonne fin de semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer