Que sont-ils devenus ? #le pantalon 7/8

Nouvelle rubrique sur le blog, « Que sont-ils devenus ? » est un petit coup de projecteur sur une réalisation présentée ici il y a quelques temps. L’occasion de faire un petit bilan : l’ouvrage est-il très apprécié ou reste-t-il au placard, facile à porter ou difficile à (as)sortir, la matière première résiste-t-elle aux outrages du temps et de la machine à laver … ? De temps en temps, au gré de mes envies, je vous expliquerai par le menu ce qu’ils sont devenus. Faites-en autant si le coeur vous en dit 😉

Aujourd’hui, pour inaugurer la rubrique, je vous reparle de mon pantalon 7/8. Réalisé en avril dernier il a été beaucoup porté. La coupe me convient, surtout parce que j’ai bien remonté la taille (je déteste les pantalons qui glissent des hanches) et parce que la fermeture sur le côté évite les sur-épaisseurs disgracieuses sous les T-shirts fluides.

SAMSUNG

Un petit basique idéal d’avril à octobre

Côté coupe, rien à redire donc. Côté tissu, un jean gris avec un tout petit peu de strech acheté en magasin près de chez moi, en revanche …

Alors déjà j’ai eu la bonne idée de faire une tache indélébile, genre le premier jour quoi ! Bon c’est une tache professionnelle, j’ai donc décidé que ça ne m’empêcherait pas de le porter au boulot, oui j’ai une logique bien à moi !

P1040720gimp

La peinture rose : tout à fait indélébile !

Je l’ai donc porté et reporté, lavé, séché -éventuellement au soleil-  et rapidement ça a posé problème. La couleur a viré, regardez

P1040724gimp

L’effet dégradé ne doit rien à la luminosité ambiante

 

P1040722gimp

Non seulement le tissu a passé mais il l’a fait de manière très inégale (à gauche on dirait une tache mais non !)

P1040725gimp

Avec le reste du coupon stocké à l’abri de la lumière, on voit bien les différentes nuances !

Je suis du genre à aimer que mes vêtements durent davantage qu’une saison, alors je suis plutôt déçue. Peut-être que je pourrais tenter une teinture mais j’ai bien peur que ça ne couvre pas vraiment les différences de ton. Ce qui m’embête aussi, c’est que j’avais acheté un coupon du même tissu en noir pour coudre une version longue et franchement, j’ai du mal à me motiver maintenant que j’ai vu la mauvaise tenue dans le temps.

Voilà, voilà !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

 

Et de 2 ! #DéfiJePeuxPasJaiCouture

Je continue avec ma liste d’en-cours de laissés-en-plan …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter.

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter.

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés.

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

et je rajoute les oubliés :

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ?

-une veste enfant au crochet, plus qu’une manche et les finitions

-une jupe ratée

Je vous montre donc mon petit pantacourt vite fait avant d’aller remplir mon devoir …

Je voulais un pantacourt, facile à porter au quotidien, qui aille avec tout ou presque, qui ne fasse pas de surépaisseur sous les T-shirts fluides, plutôt près du corps et surtout surtout taille haute ! Je n’ai toujours pas compris cet engouement des tailles basses, question de génération sans doute …

J’ai donc choisi un jean gris pas trop léger et avec un peu d’élastahanne et un patron basique trouvé dans un magazine simplicity, celui dans lequel j’avais trouvé ma robe rouge. Il n’aura ni poches, ni braguette pas même de ceinture rapportée, mais juste une fermeture sur le côté. Des pinces devant et dos lui donneront sa forme.

Alors en couture (en tricot aussi quand j’y pense) j’ai un souci : la crainte que ce soit trop court, trop petit, donc j’ai tendance à laisser des marges, beaucoup de marge !

Au premier essayage, mon pantacourt était bien trop large, aux cuisses, aux genoux, aux mollets, il a fallu retoucher ça tout de suite et rien de plus simple ! Il suffit d’enfiler le pantacourt à l’envers et d’épingler sur soi (Aïe, ça pique !!!). Ensuite tu l’enlèves (Aïe aïe aïe) et t’as plus qu’a piquer au bon endroit.

Puis il a fallu retoucher la taille parce que ce pantacourt je le voulais taille haute, mais quand même pas sous les bras (quoique !). J’ai enlevé le minimum nécessaire et il est comme j’aime, bien à sa place, j’adore !!!

En bas, pareil, j’avais prévu large et j’ai laissé. C’est comme ça que mon pantacourt est devenu un 7/8, ça tombe bien c’est la mode !

Il est parfait pour la saison et il ira parfaitement avec mon petit pull en coton quand il sera fini.

Il est parfait également pour ma participation du mois d’avril au Défi Je peux pas j’ai couture organisé par ClRsapi du blog entre veille et sérendipité, (tous les détails  ici)

Vous n’aurez que des photos à plat, pas la peine de couiner, j’ai déjà fait un bel effort le week-end dernier 😉

 

Bon dimanche !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer