Un Sunny Wisp pour Noël

 

Est-il encore temps de présenter des ouvrages concoctés pour Noël ? On va dire que oui !

Les dernières semaines de décembre ne sont généralement pas très propices à la publication. D’abord il faut garder le secret, c’est primordial. Puis il faut tenir les délais, ça compte aussi, et je ne suis pas du genre à être prête des semaines à l’avance, et même pour être tout à fait exacte, je suis du genre à rajouter des trucs plus ou moins à la dernière minute et du coup je me retrouve … en retard ! Et enfin, on a beaucoup d’autres choses à gérer. Je présente donc mes ouvrages de décembre en janvier et j’assume !

Le Sunny Wisp de Lil Weasel, il me faisait de l’oeil depuis longtemps. Depuis que j’avais croisé son chemin dans le Passion Tricot de mars 2016. C’est une étole ajourée composée de chevrons et de jours en échelle. Les points sont simples et gracieux comme je les aime. Sa particularité réside dans le fait qu’on peut la porter de différentes manières grâce à une série de petits boutons cousus sur les côtés. Version écharpe, elle est assez longue pour l’enrouler 3 ou 4 fois autour de son cou. On peut en boutonnant ensemble les côtés opposés en faire un petit gilet sans manche. On peut également boutonner les extrémités et en faire un boléro à manches longues. Enfin, un boutonnage en diagonale en fera un joli petit poncho.

 

Bref, il m’est apparu comme le cadeau parfait pour une charmante demoiselle de ma connaissance et le projet fut mis en route le 2 décembre.

J’ai choisi de le réaliser en Angel de Bergère de France de couleur noire parce que c’était la couleur parfaite pour sa future propriétaire et parce que je l’avais en stock. Je l’ai tricoté en double aux aiguilles N°5, et je n’ai pas rencontré de problème dans la réalisation.

echarpewendy3

Alors, on ne va pas se mentir, le côté pénible de la chose c’est de coudre les 16 petits boutons (oui, oui 16, hyper pénible en fait !!!) nécessaires pour faire de cette jolie étole une étole transformable. J’ai même hésité pour tout dire mais j’ai tenu bon.

J’ai peu de photos, photographier du noir en hiver ça n’est pas super motivant, juste un petit aperçu, version gilet et version poncho.

 

 

J’ai complété ce cadeau fait maison d’un petit bonnet assorti et je n’ai pas de photo du tout 😀

Bonne semaine à vous !

Rendez-vous boulet #janvier 2018

Janvier 2018 ! Déjà ! Je vous épargne toutes mes réflexions -pourtant pertinentes- sur le temps qui passe, ça ne nous rajeunit pas ma p’tite dame, la roue tourne, bla bla bla …

Je vais plutôt vous souhaiter à tou.te.s (petit essai d’écriture inclusive, pourquoi pas ?) une très belle année, pleine de projets, de rencontres, de bonnes nouvelles, de gâteaux au chocolat, d’apéros, c’est selon ce qui vous fait le plus plaisir !

Chez moi l’année commence comme elle s’est terminée :

en compagnie de mon boulet préféré.

Ce mois de décembre, pourtant bien long, a passé à la vitesse de l’éclair entre les préparatifs divers et variés, les ouvrages à terminer impérativement pour le 25, les courses dans la cohue, les heures passées sur internet à chercher le dernier cadeau puis les heures passées derrière la fenêtre à espérer le passage du livreur en se tordant les mains d’angoisse (non vraiment j’envie les gens qui savent tout anticiper), bref …

Pendant ce temps mon boulet a pu roupiller un peu, tranquille, pas oublié mais pas prioritaire. En plus il savait bien, le p’tit malin, qu’avant de le reprendre je devais choisir le sens de tricotage de ses manches et peut-être même m’adonner à de savants et longs calculs avant de pouvoir m’y mettre.

A peine le calme revenu après le passage du Père Noël, je m’y suis mise. J’ai relu vos avis, et suivant la majorité exprimée et ma propre préférence (ça tombait bien) j’ai choisi d’accorder les rayures de mes manches au reste de mon gilet : elles seront donc verticales. Une totale réécriture des explications s’imposait, schéma, mesures, règle de 3 et hop c’était parti !

Ma première manche monte doucement, j’en suis à un peu plus de la moitié, donc ça va. J’espère qu’elle ne sera pas trop longue, pas trop courte, pas trop large, mais pour l’emmanchure c’est bon, j’ai vérifié au fur et à mesure. Pas facile de photographier mon boulet, la manche se tortille dans tous les sens, mais j’ai quand même essayé, histoire de se faire une idée …

 

Allez, j’y retourne !

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # décembre 2017

Tel un cru de beaujolais nouveau un 3ème jeudi de novembre, mon boulet s’est débrouillé pour « sortir » en temps et en heure. Mon deuxième devant est tombé de mes aiguilles hier et c’est avec fierté que je l’exhibe devant vous aujourd’hui.

Alors soit, il ne ressemble à rien, lové sur lui-même, recroquevillé à l’extrême, roulottant de tous ses bords (et ne parlons même pas des photos prises à la va-vite …) mais il est bien fini et ça c’est chouette !

Il ne me reste dorénavant plus (!) qu’à lui tricoter deux manches assorties et le tour sera joué, fastoche ! A ce propos, j’hésite et je vous demande votre avis : les manches, je les tricote ordinairement de bas en haut ce qui me donnera des rayures horizontales contrastant avec celle du corps ou en travers pour obtenir des rayures verticales comme sur le reste du gilet ? Qu’en pensez-vous ?

Je ne m’attarde pas davantage, le mois de décembre est chargé pour tout le monde et j’ai quelques ouvrages urgents à finir, le boulet peut dormir sur ses 2 oreilles jusqu’aux fêtes, une belle sieste de fin d’année se profile pour lui (quel veinard !)

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # novembre 2017

Ce mois-ci je n’ai pas seulement tricoté, crocheté, cousu, bricolé, j’ai également revu mes conjugaisons à fond, car j’ai conjugué en long en large et en travers le verbe bouleter. Pas la peine de chercher hein, je l’ai inventé ce verbe car j’en avais besoin, nécessité fait loi. Si je devais le définir je dirais :

bouleter (v.t.) : action de sortir son boulet et de tenter de le terminer.

Je l’ai donc inventé puis j’ai décidé -tout à fait arbitrairement- qu’il allait se conjuguer comme les verbes modeler ou crocheter qui contrairement aux verbes jeter ou appeler ne doublent par leur consonne (je jette, nous jetons) mais prennent un accent grave (je crochète, nous crochetons) …. ça suit derrrière ? Je vois des regards effarés, aurait-on malencontreusement oublié ces petites finesses ? Pas de souci ça va revenir !

Alors, au début du mois, joyeuse d’avoir bien avancé mon boulet pendant les derniers mois, je me suis gargarisée des temps du passé. Le passé composé : le mois dernier j’ai bien bouleté ; l’imparfait : chaque fois que je le pouvais je bouletais ; le plus-que-parfait : en quelques jours j’avais bouleté 23 cm ; le passé simple : tout l’été, jour après jour je bouletai ; le futur antérieur, (qui se souvient encore de lui) : décidément j’aurai bouleté avec acharnement !

Pleine de courage en début de mois j’ai revu le présent de l’indicatif : je boulète, je boulète, ça avançait plutôt pas mal. Puis d’autres projets se sont intercalés et il a fallu changer de temps. Insidieusement le futur simple et le conditionnel présent se sont invités, semant la confusion avec leurs airs de faux-jumeaux je boulèterai ou je boulèterais ? Quand j’aurai le temps je boulèterai ou si j’avais le temps je boulèterais ? Voilà une conjugaison qui entretient le doute et favorise l’atermoiement, le boulet commençait à s’enterrer.

Alors aux grands maux les grands remèdes, j’ai dégainé l’impératif présent (au risque de faire grincer des dents je l’affirme ici haut et fort, l’impératif passé ne sert à rien, à quoi bon me dire « aie bouleté » ?) : Boulète donc ! m’intimais-je à moi-même.

Parfois cela fonctionnait et je reprenais au présent de l’indicatif : je boulète, je boulète, je boulète …

Et parfois cela ne fonctionnait pas du tout ! Alors, dans mes nuits sans sommeil, rongée par la culpabilité et les remords, je conjuguais en vrac le conditionnel passé : j’aurais bouleté (si seulement j’avais été raisonnable) ; et les cruels temps du subjonctif : il faut que je boulète ! que n’aie-je bouleté ? il eût vraiment fallu que je bouletasse, bref, il était impardonnable que je n’eusse bouleté !

Le mois a passé de la sorte, bouletant (participe présent) certains jours, ne bouletant pas d’autres …

J’ai ainsi fini mon premier devant, épinglé temporairement au dos pour les besoins de la photo. Je trouve ça très encourageant.

Qu’en pensez-vous ? Ai-je assez bien bouleté ?

 

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et à bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # octobre 2017

Previously in Rendez-vous boulet …

 « Il mesure environ 35 cm à l’heure actuelle c’est-à-dire qu’il n’est qu’un 3/4 de dos, pas fameux ! »

 

J’ai continué sur ma lancée et arrivée à 38cm soit au moment de faire mon 2ème « pli », j’ai constaté que je m’étais trompée dans ma prise de mesure (je mesurais depuis le décrochage de l’emmanchure au lieu de mesurer depuis le bord, la tanche !!!).

Vous me connaissez bien maintenant, je me suis d’abord dit que ça allait sans doute le faire, ça ferait une petite disymétrie, pas bien grave et j’ai continué. Que voulez-vous je suis comme ça, j’ai besoin d’un temps de latence. J’ai tricoté mon pli, j’ai mesuré, remesuré, plié mon ouvrage en 2, tiré dessus pour aligner ce qui aurait dû l’être et j’ai détricoté évidemment ! Pour retomber à 21cm 😀

Boulet un jour, boulet toujours, et je ne parle pas que du gilet !

Pas découragée, je continue à avancer mon boulet et je suis actuellement à quelques rangs de la fin de mon dos … Je vous montre et j’y retourne !

P1040718gimp

Boulet endormi

 

P1040719gimp

Boulet réveillé qui s’étire

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et on se retrouve le lundi 13 novembre

pour un nouveau Rendez-vous des boulets 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # septembre 2017

La bonne nouvelle est tombée hier : la saison 2017-2018 des Rendez-vous des boulets aura bien lieu. Emmanuelle avait laissé planer un doute et toutes les mamans des boulets redoutaient de se retrouver livrées à elles-mêmes, quelle angoisse ! Merci Emmanuelle de bien vouloir continuer à nous guider dans cette longue et périlleuse aventure ❤

Doute ou pas, je n’ai pas (complètement) délaissé mon boulet cet été, il est toujours en tête de ma liste, le vrai, le seul, l’inimitable boulet, celui qui a vécu les affres du détricotage … ce qui était bien mérité et inévitable, souvenez-vous :

 

et qui est supposé devenir un gilet dans ce style-là mais en version rayée plutôt que tricolore. Qui sait si cela sera aussi esthétique ? Surprise !

L’été de mon boulet fut une alternance d’éclaircies et de passages nuageux de longues siestes au fond du sac à ouvrages et d’avancées fulgurantes. Bon n’exagérons rien non plus, fulgurante n’est sans doute pas le mot ! Il mesure environ 35 cm à l’heure actuelle c’est-à-dire qu’il n’est qu’un 3/4 de dos, pas fameux !

Pas facile, en l’état actuel des choses, d’avoir une idée du rendu et pas facile de vous montrer du coup. Mais pour essayer d’avoir un visuel j’ai épinglé mon boulet sur Gertrude (Aïe ! La pauvre a fait la grimace !), et voilà ce que ça donne.

Vue du haut du dos. Note à moi-même : penser à tricoter un headband assorti, ça pourrait être sympa, enfin sur Gertrude ça l’est.

 

Vue globale du dos. Forcément les bords roulent et ça godille côté aiguille …

 

Focus sur le pli, oui chez Drops ils appellent ça un pli, à base de rangs raccourcis qui donne cette forme évasée au gilet.

Voilà, voilà. On va essayer de continuer comme ça en croisant les doigts pour que ce soit une réussite. Si ça rate encore, je lâche l’affaire, je ne retenterai pas une troisième fois !

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

Bonne semaine et vivement le lundi 9 octobre

pour un nouveau Rendez-vous des boulets 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # juin 2017

Oh oh ! On dirait qu’il y a du retard à l’allumage par ici ! Chut, personne n’a rien vu …

Toujours en tête de ma liste, mon boulet, le vrai, le seul, l’inimitable, celui qui a vécu les affres du détricotage … ce qui était bien mérité et inévitable, souvenez-vous :

 

J’ai décidé de ne pas lâcher l’affaire et de recommencer un gilet, tricoté en travers toujours pour cette histoire de rayures que je veux verticales et je suis retombée sur ce modèle dans mes favoris sur Ravelry. Allez hop ! C’est parti !

Je vais sûrement modifier l’encolure pour avoir quelque chose de potentiellement plus couvrant et pour le reste je vais suivre récrire le modèle,  (en refaisant bien sûr tous les calculs pour adapter le modèle à ma laine super fine qui se tricote en 2,5 ).

Pas de pression, ce sera mon fil rouge de l’été et tant mieux si j’ai un nouveau gilet en septembre (oui Emmanuelle nous donne des congés d’été !). Pour l’instant il n’est pas bien grand et il n’avait pas très envie de poser pour la photo alors je l’ai laissé faire son timide.

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir !

A bientôt 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous boulet # mai 2017

Mois de mai, nouveau rendez-vous des boulets ! Il fallait bien que je privilégie dans ma liste d’en-cours de laissés-en-plan mon boulet véritable …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter. DÉTRICOTÉ !

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter. FINI !

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés. Parti au blocage !

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ? Je crois que son sort est scellé vu que j’ai déjà récupéré son aiguille …

-une veste enfant au crochet, plus que une manche et les finitions

-une jupe ratée

un nouveau gilet kimono dont je viens de finir l’échantillon (et après je me demande pourquoi ma liste est toujours aussi longue !

Passage à l’acte donc pour mon gilet en Goomy 50 de Bergère de France, phase détricotage.

Quand on ne l’a jamais fait on a tendance à penser que le détricotage d’un ouvrage fini est difficile principalement sur le plan moral : tout ce temps passé à choisir un modèle, tricoter, assembler, rentrer les fils pour finalement revenir à la case départ, dur ! Mais voilà, on se dit qu’une fois la décision prise, le plus pénible est fait !

Pas vraiment en fait. Le détricotage est plein d’embûches, d’étapes successives qui demandent aussi pas mal de temps et d’énergie et il a fallu que je me donne un bon coup de pied au derrière pour ne pas laisser mon boulet tranquille 😉

Etape 1 : découdre les manches, trouver le fil de départ. Pas si simple quand les fils ont été rentrés et qu’on ne veut rien abimer. On tire un peu ici, ça ne vient pas, ah mais non ça doit être de l’autre côté, ça ne vient pas non plus, c’est le syndrôme de la clé USB appliqué au tricot 😀

Le voilà !

 

Etape 2 : détricoter, le plus facile, pour peu que le point et la laine soient coopératifs. Pas de problème avec le jersey et la Goomy. Je n’ai pas la chance d’avoir un dévidoir, mais j’ai un baby-foot et ça le fait !

J’ai obtenu 5 écheveaux de laine toute frisotée, j’adore c’est trop mignon !

Etape 3 : proposer un bon bain pour défriser tout ça.

Etape 4 : faire sécher au grand air puisque, contre toute attente, le soleil a bien voulu pointer le bout de son nez.

Etape 5 : mettre en pelotes. Je passe sur l’épisode des noeuds, un écheveau avait mal vécu la sortie du bain/étendage, cela m’a valu une belle séance de démêlage.

Et voilà, c’est fini ! Et maintenant, je fais quoi ?

J’avais commandé cette laine après avoir vu ce pull que je trouve pétillant et original. Oui mais voilà, je ne porte pas beaucoup de pulls, je ne suis pas fan des encolures bateau que je trouve parfois gênantes et puis je me posais des questions sur la gestion des raccords de rayures au niveau des coutures.

Modèle 994 Bergère de France 2014/2015

Sinon, comme je porte beaucoup mon Vitamin D que j’adore, je pourrais en refaire un ou alors plutôt un Storm Mountain qui est dans le même esprit. Oui mais l’effet rayures de la laine conviendra-t-il à ce modèle ? Et puis j’ai un peu la flemme de tricoter en anglais …

Ou alors je me tricote une cargaison de chaussettes ….

Je vais réfléchir à la question et on en reparle le mois prochain 😉

 

Je vous rappelle que le  Rendez-vous Boulet c’est chaque 2ème lundi du mois. Allez donc voir chez Emmanuelle, c’est elle qui a eu cette idée géniale et elle vous explique tout par le menu ; vous y trouverez aussi la liste des courageuses participantes, n’oubliez pas d’aller les voir ! On se retrouve au mois de juin pour le prochain Rendez-vous …

Bonne semaine 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et de 3 ! (DDF2017#4)

Voilà avril qui se termine, qui est terminé même, et je suis toujours aux prises avec ma liste d’en-cours de laissés-en-plan …

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter.

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter. FINI !

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées montées, restera à les assembler fermer et à fermer les côtés. Parti au blocage ! Je vous montre juste la couleur

-un pantalon 7/8. Photos à faire. FAITES

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ? Je crois que son sort est scellé vu que j’ai déjà récupéré son aiguille … Je mets une photo pour Kabri qui l’a demandé gentiment.

-une veste enfant au crochet, plus que une manche et les finitions

-une jupe ratée

Et j’en rajoute un petit dernier :

-un nouveau gilet kimono dont je viens de finir l’échantillon (et après je me demande pourquoi ma liste est toujours aussi longue !

 

Bien, revenons à ce petit pull en coton qui vient de tomber de mes aiguilles.

C’est un pull style marinière trouvé dans un des derniers Passion Tricot. J’ai choisi des tons plus clairs, un bleu ciel et un gris perle en Coton Fifty de Bergère de France. J’ai une cargaison de ce gris à écouler car j’avais commandé 2 fois le métrage pour faire cette robe, je m’en souviens encore !

 

C’est un modèle tout simple quand on aime les trous et il se tricote en rond jusqu’aux emmanchures.

J’ai modifié un peu le jeu de rayures (non en vrai je me suis trompée et je me suis dit, tant pis, c’est pas grave ! Faut dire que j’avais déjà tricoté 4 ou 5 motifs et bon, ça fait un certain nombre de mailles et surtout, surtout, on ne se refait pas :-D. J’ai moins ri en arrivant aux emmanchures, quand t’as des rayures sur un nombre de rangs impairs, y’a toujours un moment où ton fil n’est pas du bon côté hein ! Bref …) Il est rectangulaire, court et large avec des manches 3/4 et franchement sur un jean ou avec mon pantacourt, pardon mon 7/8, gris, il est idéal.

Voilà voilà, on n’attend plus que le retour du soleil !

Ceci est ma participation aux Défis du fil d’avril 2017 organisés par Mes petites (ré)créations.

J’ai beau chercher je ne vois rien dans mon ouvrage du mois qui se rapporte au thème « carré » et encore moins au thème « animal », alors c’est free-style pour moi 😉

badge_les_dc3a9fis_du_fil

Bonne semaine !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et d’1 !

J’ai décidé de reprendre ma liste d’en-cours de laissés-en-plan et de l’actualiser au fur et à mesure :

-Mon gilet-boulet. Je l’ai lavé et bloqué histoire de ne rien regretter. Résultat, il y a toujours un décalage (moindre) entre les 2 devants qui du coup sont sensiblement plus longs que le dos, et les manches me boudinent toujours. A détricoter.

-un petit pull en coton. Reste une manche à monter.

-un gilet kimono. Reste les côtés à assembler. FINI !

-un pull de printemps à manches courtes. 2 1/2 manches tricotées, manches terminées, restera à les assembler et à fermer les côtés.

-un pantalon 7/8. Photos à faire.

-des succulentes au crochet. A assembler et à installer.

et je rajoute les oubliés :

-un châle sur le modèle de Retour de promenade qui devait me permettre de finaliser l’écriture du tuto mais les bordures ne me plaisent pas. A défaire ?

-une veste enfant au crochet

-une jupe ratée

Voilà donc mon gilet kimono terminé, chouette chouette chouette !

Je l’ai tricoté avec de la laine Eclair de Bergère de France généreusement offerte par ma voisinamie préférée <3.

J’ai utilisé le point fantaisie de ce modèle Bergère de France

et je me suis inspirée du patron de ce modèle trouvé sur internet (clic).

Il se tricote d’une pièce en partant du bas du dos. La fille qui n’apprend pas de ses erreurs : elle ne se souvient pas du dernier gilet tricoté en un seul morceau 😀

Pas de souci de réalisation, juste que comme d’habitude j’ai toujours peur d’être juste au niveau taille et après blocage il s’avère qu’il est plutôt grand, un peu large, les manches un peu longues mais il reste confortable et agréable à porter.

Je le portais d’ailleurs  dimanche dernier lors d’une promenade en famille. Il accompagne parfaitement ma Rosa je trouve et le soleil lui va bien parce que son fil est brillant, c’est girly 😉

Quelques photos de cette belle journée à Clisson. Clisson, son célèbre château (tiens j’ai pas de photo du château), ses petites rues escarpées et fleuries, ses jolis ponts sous lesquels coule paisiblement la Sèvre …

Mais Clisson c’est aussi la capitale des métalleux de tous poils avec son incontournable Hellfest.

SAMSUNG

Hommage à Lemmy Kilmister

Le métalleux fait trembler la bigotte Clissonaise mais derrière son apparence inquiétante, il est foncièrement gentil. Il arbore généralement un t-shirt à la sérigraphie délavée mais néanmoins effrayante, un bermuda et des tongs. Sûr de son potentiel photogénique, le métalleux n’hésite jamais à se glisser subrepticement sur les clichés des touristes. Ici, par exemple, je cherchais à immortaliser un joli pavillon dans son écrin de verdure du parc de la Garenne-Lemot et hop ! Surgit le métalleux, tel un lutin facétieux !

 

Et lorsque je prends la pose sous l’objectif de ma photographe préférée pour un petit shooting au soleil, le voilà qui s’invite dans le cadre ! Et parfois même en bonne compagnie 😉

 

 

Autre caractéristique indéniable, le métalleux a bon goût. La preuve il apprécie mon gilet 😉

P1040519gimp

Enfin le métalleux n’a peur de rien (à part peut-être des araignées mais alors uniquement des très très grosses !) et prétend ne pas craindre d’avoir sa bobine sur mon blog … J’espère que c’était vrai 😀

Bonne semaine 🙂

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer